Un ARN double brin extrachromosomique influençant la virulence de Babesia canis ?

par Pascal Drakulovski

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé. Sciences biologiques. Biologie moléculaire et cellulaire

Sous la direction de Bernard Carcy.


  • Résumé

    Les génomes extrachromosomiques ARN double brin d'origine virale sont retrouvés chez un grand nombre de levures, champignons filamenteux et protozoaires parasites. Actuellement, s'il apparaît de façon claire que ces génomes peuvent avoir une fonction critique dans la virulence des champignons et dans les pathologies fungiques induites, leur rôle précis dans la relation hôte- parasite au sein des protozoaires reste largement inconnu. Nous avons caractérisé un ADNc dérivant d'un ARN double brin retrouvé chez Babesia canis, un hémoprotozoaire responsable de la babésiose canine. Cet ADNc de 1135 pb contient 2 cadres de lecture ouvert chevauchants (ORFI :nt75-496 et ORF2 : nt433-930). La protéine BcVir15(M1-I141) codée par l'ORFI est le produit d'expression majeur de cet ADNc. Cependant, l'utilisation d'un système d'expression in vitro a permis de montrer qu'une protéine mineure appelée BcVir32 (M1-C285) correspondant à la fusion des produits dérivés de l'ORF1 et l'ORF2 pouvait être exprimée par un mécanisme de recodage traductionnel +1. La caractérisation moléculaire des éléments génétiques portant cette fréquence d'ADNc au sein du parasite a montré que ce dernier dérive d'un ARNm de 1200 pb mais qu'il ne présente pas de copie dans le génome ADN parasitaire. Nous avons donc démontré par hybridation qu'il dérive d'un ARN double brin de 1200 pb mais qu'il est également présent sur un ARN double brin de 2800 pb. Les protéines BCVIR15 et BcVir32 codées par cet ADNc ne présentent aucune homologie avec des protéines connues. L'analyse de leur fréquence protéique a permis d'identifier un hexapeptide consensus LPGTGA ( résidus 53-58 ) présent dans de nombreux facteurs de virulence bactériens et viraux. De plus, les 2 protéines sont hautement basiques et la partie C-Terminale de BcVir32 est riche en résidus cystéines. L'ensemble de ces analyses indiquent que BcVir15 et BcVir32 pourraient être des protéines d'interaction soit aux acides nucléiques soit à d'autres protéines. Les études biochimiques ont montré que la protéine BcVir15 reste strictement confinée dans le cytoplasme des mérozoïtes de B. Canis alors que la protéine BcVir32 pourrait être exportée vers la membrane de l'hématie parasitée. De façon intéressante, des sérums dirigés contre ces protéines sont capables d'inhiber la croissance in vitro de B. Canis suggérant ainsi que BcVir15 et/ou BcVir32 pourraient avoir une fonction dans la capacité du parasite à s'établir dans cette cellule hôte érythrocytaire et donc qu'elles pourraient avoir une influence sur sa virulence.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (197 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f 186-197

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Pharmacie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TP 2002.MON-10
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 1831
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.