Les cultures de cellules : une approche expérimentale de l'étude des processus de biominéralisation chez les Invertébrés marins

par Dominique Sud

Thèse de doctorat en Biologie marine

Sous la direction de Dominique Doumenc.

Le jury était composé de Dominique Doumenc, Evelyne Lopez, Christian Milet.

Les rapporteurs étaient Denis Allemand, Jean-Marc Lebel.


  • Résumé

    La propriété d'association de matière organique et minérale conduit à la morphogenèse d'un squelette minéral dans la construction de nombreux organismes en particulier les Invertébrés marins. Du fait d'enjeux économiques dans différents domaines (aquaculture, bijouterie, médecine), les processus de biominéralisation représentent un sujet d'étude important. Afin d'étudier les processus de biominéralisation chez les Invertébrés marins, nous avons développé une approche expérimentale, avec la mise en place de modèles in vitro contrôlés de culture des cellules responsables de la formation des structures biominérales in vivo. Pour ce faire nous avons choisi deux organismes marins, l'ormeau, Haliotis tuberculata, gastéropode nacrier, dont la coquille se compose de carbonate de calcium et l'éponge Suberites ficus, dont le squelette interne est constitué de spicules siliceux. Outre la nature différente des éléments minéraux mis en œuvre, la coquille de l'ormeau est secrétée par un tissu, le manteau, alors que les spicules de l'éponge sont synthétisés par un seul type de cellules, les sclérocytes. Dans le cas de l'ormeau, une étude détaillée du manteau a mis en évidence une régionalisation du manteau en relation avec les différentes structures de la coquille. Cette étude préalable nous a permis de développer deux modèles de cultures de cellules de manteau où les différents types cellulaires participant aux processus de biominéralisation sont présents : cellules de manteau et co-cultures (cellules de manteau et hémocytes). Les cultures sont physiologiquement actives durant au moins 12 jours. Un extrait hydrosoluble de nacre et l'insuline ont été testés sur ces deux modèles et leurs effets ont été comparés en terme de viabilité cellulaire, contenu en protéines totales et prolifération cellulaire. Le développement de deux modèles de cellules d'éponges, cellules isolées et cellules agrégées formant des unités fonctionnelles, les primmorphes, ont permis de mettre en évidence l'importance des contacts cellulaires dans la différenciation des sclérocytes et la formation de spicules.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (268 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.245-268

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2002 -- 04
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.