Aux sources de la crise progressiste en France : le mouvement "Jeunesse de l'Eglise" (1936-1955)

par Thierry Keck

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Étienne Fouilloux.

Soutenue en 2002

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Le 16 octobre 1953, le mouvement Jeunesse de l'Eglise est officiellement condamné par l'Assemblée des cardinaux et archevêques français (A. C. A. ) et la lecture de ses publications interdite aux fidèles. Il est reproché à J. E. Ses "déviations doctrinales concernant notamment la mission de l'Eglise, la foi et les événements, les conditions de l'évangélisation et [son] imprégnation marxiste. " Aux yeux de la hiérarchie catholique, J. E. Aurait été en quelque sorte le laboratoire d'idées et l'alibi théologique du courant progressiste qui connaît alors son apogée dans l'Eglise en France. Ce désaveu met un terme à une tentative originale de présence des chrétiens au cœur du monde moderne et au pari d'une "double fidélité" à l'Eglise et à la classe ouvrière. Le mouvement Jeunesse de l'Eglise, né d'une expérience communautaire lancée à Lyon en 1936 autour des idées réformatrices d'un dominicain, le père Montuclard, avait en effet considéré son action, à partir des années 1943-1945, comme une réponse possible au défi exprimé dans l'ouvrage fameux des abbés Godin et Daniel, France pays de mission? Dès lors, le groupe va concentrer son attention sur le combat mené par le mouvement ouvrier, non sans céder parfois à une certaine dérive ouvriériste. Ce choix va aboutir à un "compagnonnage de route" avec le parti communiste qui, dans le contexte d'une guerre froide alors à son paroxysme, ne sera pas accepté. Animé d'une profonde ardeur apostolique, Jeunesse de l'Eglise a exploré les voies d'une réconciliation possible entre l'Eglise et les valeurs d'une société sécularisée et cherché à définir une place nouvelle pour les chrétiens dans la cité. Mais la richesse de sa démarche a été occultée par ses prises de position vis-à-vis du marxisme qui lui ont valu les foudres de la hiérarchie.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2004 par Éditions Karthala à Paris

Jeunesse de l'Église, 1936-1955 : aux sources de la crise progressiste en France


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 557 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 511-546

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LARHRA (Lyon).
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2004 par Éditions Karthala à Paris

Informations

  • Sous le titre : Jeunesse de l'Église, 1936-1955 : aux sources de la crise progressiste en France
  • Dans la collection : Signes des temps
  • Détails : 1 vol. (483 p.-[8] p. de pl.)
  • ISBN : 2-84586-591-0
  • Annexes : Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.