Génération de cellules T CD4+CD25+ suppressives induite par des lymphocytes T CD8+CD28- au cours de réactions leucocytaires mixtes autologues

par Phoukham Phothirath

Thèse de doctorat en Immunologie

Sous la direction de Dominique Rigal.

Soutenue en 2002

à Lyon 1 .


  • Résumé

    La 4ème de couverture indique : "La réaction mixte lymphocytaire autologue (aMLR) permet l'étude des circuits de régulation du système immunitaire et correspond à la prolifération des lymphocytes T CD4+ suite à une stimulation par des cellules dendritiques autologues (aMLRs déficientes dans: maladie de Hodgkin, syndrome de Down, lupus érythémateux systématique, arthrite rhumatoi͏̈de, cirrhose biliaire primitive, etc). Les lymphocytes T CD8+CD28- sont des cellules régulatrices capables de suppression directe de l'allo- et la xéno-réactivité de lymphocytes T CD4+ et de rendre tolérogènes des cellules dentritiques. L'objectif de notre étude est de développer un système de co-culture in vitro permettant l'étude des rôles suppresseurs des lymphocytes T CD8+CD28-. Ce sont les MLR autologues de 5 jours: (Mo-DCs. Cellules T CD4+. Cellules T CD8+CD28-). Les résultats montrent une forte réponse proliférative des cellules T CD4+, qui est inhibée par des anticorps monoclonaux dirigés contre HLA DR, CD2, CD11a, CD54 et CD86 et s'accompagne d'une sécrétion d'IFN-g et d'IL-12, reflétant une réponse de typeTh1. De plus, on observe l'émergence d'une population cellulaire de phénotype CD4+ CD25+ CTLA4+ (expression intracellulaire et membranaire) CD45RA- 45RO+ au cours de l'aMLR : ces cellules, dotées par ailleurs de faibles capacités prolifératives, sont capables de supprimer par contact cellulaire la réactivité de lymphocytes T CD4+ vis-à-vis d'auto- et d'allo-antigènes présentés par des DCs matures. Notre étude montre que cette population cellulaire T CD8+CD28- pourraitégalement exercer des fonctions régulatrices indirectes en générant une population de lymphocytes T aux fonctions suppressives. Nous montrons donc qu'il est possible de générer in vitro, et dans un modèle syngénique, des lymphocytes T régulatrices CD4+CD25+. S'agit-il ici de lymphocytes générés de novo? Ou alors la MLR autologue a-t-elle permis d'amplifier une population régulatrice existante et quiescente? Ce système pourrait refléter un mécanisme intervenant dans le maintien de la tolérance périphérique, par génération de cellules T régulatrices. "


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (255 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 191-254

Où se trouve cette thèse\u00a0?