Mécanismes de la cytotoxicité du thirame (disulfure de tétraméthylthiurame) vis à vis des fibroblastes cutanés humains : consommation du glutathion, processus péroxydatifs et blocage de thiol-enzymes

par Catherine Cereser

Thèse de doctorat en Toxicologie cellulaire

Sous la direction de André Revol.

Soutenue en 2002

à Lyon 1 .


  • Résumé

    Malgré une large utilisation du thirame depuis les années 1930 comme fongicide et comme accélérateur de vulcanisation, les données concernant sa toxicité sont limitées et peu d'études se sont intéressées à l'action du thirame au niveau cellulaire et subcellulaire. En utilisant le fibroblaste cutané humain en culture comme modèle expérimental, nous avons cherché à évaluer la toxicité cellulaire du thirame et à déterminer son mécanisme d'action toxique par une approche cytochimique. Le thirame entraîne une réduction dose- et temps-dépendante de la viabilité cellulaire conduisant à une mort cellulaire de type nécrotique. Au niveau biochimique, l'action toxique du thirame se traduit d'abord par une diminution rapide de la concentration intracellulaire du GSH suite à une réaction d'oxydo-réduction entre le thirame et le GSH. Cette réaction s'accompagne de la formation de diméthyldithiocarbamate et de GSSG. La disparition du GSH intracellulaire entraîne l'apparition de processus oxydatifs mis en évidence par l'augmentation de la production de TBARS. Le thirame provoque également une diminution de l'activité glutathion réductase et une augmentation de la production de lactate qui reflète une perturbation du métabolisme énergétique cellulaire. Ces deux actions peuvent s'expliquer par la fixation du diméthyldithiocarbamate au niveau des groupements thiols de la glutathion réductase et de certaines enzymes du cycle de Krebs ou de la chaîne respiratoire. Ainsi, le thirame, par des actions directes et indirectes via le diméthyldithiocarbamate, entraîne une altération profonde du métabolisme cellulaire qui aboutit finalement à la mort des cellules.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 176 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 322 Réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard. Service commun de la documentation. BU Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 321051/2002/2
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 1137
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.