Ces dames du ballon rond : histoire du football féminin en France au XXe siècle

par Laurence Prudhomme-Poncet

Thèse de doctorat en Sciences

Sous la direction de Pierre Arnaud et de Thierry Terret.

Soutenue en 2002

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Pierre Arnaud, Thierry Terret.


  • Résumé

    Alors que le "Mondial" est devenu l'événement le plus médiatique de la planète, la pratique féminine de football demeure marginal. Les femmes ne représentent que 2 % des licenciés de la Fédération Française de Football. Cette étude s'attache à comprendre cette marginalité et le développement chaotique du football féminin au regard de l'évolution du football au XXème siècle et de l'évolution du statut des femmes. Né à Paris en 1917 au sein de la société de gymnastique Fémina sport, le football vit dès ses origines en marge, sous l'égide de la *Fédération des Sociétés Féminines et Sportives de France. Les instances du football masculin refusent en effet de fédérer la pratique féminine. La fédération féminine crée un championnat parisien et un championnat de France disputé par une quinzaine d'équipes avec un réglement adapté à la faible constitution féminine mais selon le modèle masculin. Pour autant, ces femmes qui osent s'aventurer sur les terrains des hommes ne sont pas des féministes militantes mais luttent à leur manière pour l'émancipation féminine. Considéré comme violent, malsain, dangereux notamment par les médecins, le football féminin connaît un développement très limité et disparaît à la veille de la seconde guerre mondiale. Malgré quelques tentatives après guerre, il ne réapparaît, d'abord dans le nord-est qu'au milieu des années soixante, dans un contexte plutôt favorable, comme au début du siècle, aux initiatives féminines. D'abord exhibition folklorique, il devient rapidement un sport. Reconnu officiellement en mars 1970 par la Fédération Française de Football, le football féminin se dote peu à peu des mêmes règlements, des mêmes compétitions que les hommes. Malgré tout, le football féminin diffère sensiblement du football masculin. Il ne connaît pas le succès spectaculaire, il est "hors-jeu" des retransmissions télévisuelles, de l'inflation des salaires et des transferts fabuleux et reste amateurs. Finalement, le football féminin, comme toute pratique sociale, accompagne les transformations des rapports hommes/femmes dans la société. Il est le reflet des progrès -son essor correspond aux deux crêtes des vagues féministes- comme des régressions ou des permanences telles que la craintes de virilisation des femmes par exemple.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (405 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 377-399

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LARHRA (Lyon).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2002 PRU (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.