Etude de la chemosensibilité centrale à l'hypoxie dans le tronc cérébral de rat

par Olivier Pascual

Thèse de doctorat en Sciences. Physiologie

Sous la direction de Jean-Marc Péquignot et de Monique Denavit-Saubié.

Soutenue en 2002

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Jean-Marc Péquignot, Monique Denavit-Saubié.


  • Résumé

    L'arc réflexe issu des chémorécepteurs artériels périphériques est la voie classique par laquelle les mammifères s'acclimatent à une diminution environnementale de la pression partielle en oxygène. L'objectif de cette étude est de mettre en évidence une chémosensibilité centrale à l'oxygène permettant une réponse physiologique adaptée puis de comprendre les mécanismes de cette chémosensibilité. Pour cela, nous avons étudié conjointement la réponse ventilatoire à une hypoxie modérée et les modifications membranaires et génomiques des neurones du tronc cérébral. Nos résultats montrent 1) une réorganisation neurochimique des catécholamines après chémodénervation, est associée à la restauration d'une réponse fonctionnelle à l'hypoxie aigue. 2) que l'hypoxie aigue͏̈ appliquée, in vitro, à une tranche de tronc cérébral provoque immédiatement une réponse membranaire des neurones du noyau du tractus solitaire. Cette réponse est modulée par la progestérone, un stimulant de la ventilation. 3) une persistance de l'acclimatation ventilatoire après chémodénervation est associée à un remodelage dans le tronc cérébral de l'expression de la tyrosine hydroxylase (l'enzyme limitante de la biosynthése des catécholamines). 4) que le remodelage génomique pourrait être dû à l'induction de la sous-unité HIF-1α du facteur de transcription, localisée spécifiquement dans les centres cardiorespiratoires dans nos conditions d'hypoxie. Nos données montrent l'existence d'une chémosensibilité centrale à l'hypoxie susceptible de moduler le réseau de neurones respiratoires du tronc cérébral et permettant une réponse fonctionnelle adaptée. Deux mécanismes de régulation interviennent, l'un immédiat mettant en jeu la perméabilité membranaire des neurones, l'autre plus tardif contribue à l'acclimatation en modifiant l'expression des gènes des neurones du réseau respiratoire.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (137 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 120-137 et notes bibliographiques dans chaque article

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2002/77bis
  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.