Les effets pervers du sexe sur l'évolution des génomes

par Gabriel Marais

Thèse de doctorat en Sciences. Génomique, bioinformatique, génétique des populations, évolution moléculaire

Sous la direction de Laurent Duret.

Soutenue en 2002

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Laurent Duret.


  • Résumé

    Le sexe, et plus particulièrement une de ses étapes clefs : le recombinaison, est vue par les évolutionnistes comme un moyen de brasser les génomes qui favorise l'action de la sélection naturelle. Cependant, des arguments expérimentaux et théoriques indiquent que la recombinaison peut également avoir des effets neutres (=non sélectifs) sur l'évolution des génomes. Dans cette thèse, en se focalisant sur les génomes complets de la drosophile et du nématode, nous démontrons l'importance de ces effets insoupçonnés sur l'usage des codons, la densité en éléments transposables et la taille des introns dont les variations avec le taux de recombinaison avaient été interprétées jusqu'à maintenant uniquement en des termes sélectifs. Finalement, nous suggérons que la recombinaison a des effets plus complexes que précédemment envisagés sur l'évolution des génomes qui doivent être pris en compte pour comprendre la signification évolutive du sexe.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (IV-ii-187 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 164-186

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2002/60bis
  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.