Développement de nouvelles approches antivirales des hépatites B chroniques basées sur l'utilisation des oligonucléotides antisens

par Magdalena Robaczewska

Thèse de doctorat en Sciences

Sous la direction de Lucyna Cova et de Anna J. Podhajska.

Soutenue en 2002

à Lyon 1 en cotutelle avec Gdansk .

Le jury était composé de Lucyna Cova, Anna J. Podhajska.


  • Résumé

    L'infection chronique par le Virus de l'Hépatite B (VHB) demeure une cause majeure de la cirrhose et du carcinome hépatocellulaire. Compte tenu d'efficacité insuffisante des thérapies actuelles il est important de développer de nouvelles stratégies antivirales. Dans ce contexte, nos travaux ont porté sur le développement et la détermination de l'effet anti-VHB d'une approche de thérapie génique basée sur l'emploi d'oligonucléotides (ODN) antisens. Ces ODN sont capables de s'hybrider de façon spécifique à une séquence d'ARN viral et inhiber ainsi la réplication virale. L'objectif de ce travail était d'utiliser le modèle du VHB du canard (DHBV), étroitement apparenté au VHB humain, afin d'évaluer l'efficacité ́de deux approches antisens différentes pour l'inhibition de la réplication virale. Dans un premier temps, nous avons utilisé les ODN non-modifiés, phosphodiesters (O-ODN), vectorisés et protégés contre la dégradation par un polymère cationique, la polyéthylèneimine (PEI). Ces O-ODN étaient dirigés contre le codon d'initiation de la grande protéine d'enveloppe du DHBV. Les résultats de notre étude in vivo montrent que les complexes O-ODN/PEI injectés par la voie intaveineuse sont délivrés dans le foie des animaux infectés où ils inhibent spécifiquement, et de façon significative, la réplication du DHBV. Dans un deuxième temps, nous avons testé l'efficacité antivirale d'une nouvelle classe de molécules antisens possédant un squelette pseudopeptidique, les PNA (pour Peptide Nucleic Acid), qui sont résistants à la dégradation par les nucléases et s'hybrident avec une très grande affinité et spécificité à l'ARN. Nos résultats démontrent que les PNA dirigés contre le site d'initiation de la transcription inverse (RT) inhibent fortement et de façon extrêmement spécifique, la RT du DHBV dans le système acellulaire. De plus, les PNA induisent une baisse du taux d'ADN viral dans les cultures primaires d'hépatocytes de canard infectés par le DHBV. Enfin, l'activité antivirale de PNA dans ce système cellulaire est améliorée par leur couplage aux peptides perméabilisants. L'ensemble de ces résultats montre qu'il est possible d'induire une forte et spécifique inhibition de la réplication virale par les ODN antisens, ce qui pourrait contribuer au développement de nouveaux outils thérapeutiques contre le VHB chez l'homme. De plus, ce travail ouvre de nouvelles voies pour l'application de l'approche O-ODN/PEI ou PNA pour bloquer spécifiquement d'autres gènes viraux ou cellulaires dans le foie.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (161 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 146-161 et notes bibliographiques dans chaque article

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.