La bactériose du melon : écologie et stratégies de lutte contre Pseudomonas syringae pv. aptata

par Christine Riffaud

Thèse de doctorat en Sciences. Ecologie microbienne

Sous la direction de Michel Pitrat.

Soutenue en 2002

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Michel Pitrat.


  • Résumé

    La bactériose du melon, causée par Pseudomonas syringae pv. Aptata, est une maladie importante dans le Sud-Ouest de la France, avec des foyers éphémères dans le Sud-Est, entraînant des pertes économiques significatives lorsque les conditions sont favorables. L'optimisation de la lutte implique l'identification des réservoirs d'inoculum, une meilleure connaissance de la survie des bactéries en phase épiphyte et la recherche de sources de résistance au sein de l'espèce Cucumis melo. Cette étude a consisté à la mise au point d'une technique de détection et de son application pour détecter P. Syringae pv. Aptata dans des sources potentielles de contamination dans lesquelles la bactérie est capable de survivre en l'absence de culture de melon. Les résultats ont montré que P. Syringae pv. Aptata est présent naturellement à de faible fréquence dans les lacs collinaires servant à l'irrigation des cultures de melon pendant la période hivernale. De même, une étude en contamination artificielle a permis de montrer que P. Syringae pv. Aptata est capable de survivre dans le sol en association avec des déchets de culture. L'effet de la phase épiphyte sur les modifications phénotypiques des cellulus de P. Syringae pv. Aptata a été étudié. Les résultats montrent que P. Syringae pv. Aptata est capable de s'adapter lors de la colonisation épiphyte, en réduisant sa taille et en augmentant sa résistance à un oxydant, par rapport à une culture sur milieu synthétique. Nous avons également recherché les sources de résistance chez l'espèce Cucumis melo. Un génotype dont les fruits sont résistants à P. Syringae pv. Aptata a été trouvé parmi la collection de C. Melo. En revanche, les parties végétatives de tous les 282 génotypes testés sont sensibles à cet agent pathogène. L'ensemble des résultats obtenus permettra d'orienter les recherches vers des stratégies de contrôle plus efficaces contre cette nouvelle maladie en focalisant dans un premier temps sur les facteurs conduisant à la modification du phénotype de P. Syringae pv. Aptata en phase épiphyte et dans un second temps sur la détermination de l'importance épidémologique des différentes sources d'inoculum.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (136 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 119-130 et notes bibliographiques dans chaque article

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2002/6BIS
  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.