L'agriculture anglaise et la protection de l'environnement : du conflit d'intérêts au mariage de raison : évolution des attitudes du début des années 1980 au début du vingt et unième siècle

par Jean-Luc Hoarau

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Richard Tholoniat.

Soutenue en 2002

à Le Mans , en partenariat avec Université du Maine. Faculté des lettres et sciences humaines (autre partenaire) .


  • Résumé

    Avant la fin des années 1970, les questions agri-environnementales furent rarement un sujet de conflit entre fermiers anglais et défenseurs de l'environnement et ne constituèrent pas un argument électoral de poids. Les aides à l'agriculture étaient jugées indispensables pour parvenir à l'autosuffisance alimentaire nationale et les effets de la pollution agricole sur l'environnement étaient encore mal connus et difficiles à évaluer. Les protestations des écologistes étaient parfois trop faibles et souvent trop isolées pour être convaincantes. Les premiers grands conflits virent le jour à la fin des années 1970 et pendant les années 1980. Même si le mouvement écologiste ne put alors rivaliser avec le puissant lobby agricole, il parvint à faire valoir ses arguments auprès du gouvernement et du public. Pendant les années 1990, les fermiers prirent conscience qu'ils ne pouvaient plus mettre en avant les arguments du passé : l'ère du productivisme était terminée. Les écologistes, de leur côté, comprirent qu'il fallait désormais voir l'environnement dans son contexte économique et social, et rechercher davantage à convaincre plutôt qu'à imposer. Même si les mentalités sont longues à évoluer, il semble que les divers acteurs s'orientent vers un mariage de raison.


  • Résumé

    Before the 1970s, agri-environmental issues in England were rarely a source of conflict between farmers and environmentalists or a top priority on the political agenda. Agricultural subsidies were considered necessary in a post-war productivist era, and the environmental impact of farming was not easy to assess. The environmentalists' protests were sometimes too weak and often too isolated to be convincing. The late 1970s and 1980s brought about a major discord over the issues of nature conservation, compensation and voluntary agreements. Although the burgeoning environmental movement was not powerful enough to rival a well-organised agricultural lobby, it managed to put forward its arguments and raise public and governmental awareness on environmental issues. During the 1990s, farmers conceded that new approaches had to be found for an agricultural system that was no longer considered as the indispensable food provider it had been until then. Environmentalists became aware that social and economic considerations had to be taken into account if the right balance was to be struck between the interests of farming and those of the environment. The different actors edged towards closer collaboration and began to accept the idea of a marriage of convenience.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (729 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 717-725. Index f. 726-729

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Le Mans Université (Le Mans). Service commun de documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2002LEMA3009
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.