Nutrition du lapereau en période de sevrage : interaction avec les besoins nutritionnels de la femelle

par Laurence Debray

Thèse de doctorat en Sciences agronomiques

Sous la direction de Thierry Gidenne et de Laurence Fortun-Lamothe.

Soutenue en 2002

à Toulouse, INPT .


  • Résumé

    L'apparition d'entéropathies chez les lapereaux après sevrage pourrait être favorisé par une inadéquation entre la composition de l'aliment et la maturation digestive avant le sevrage. Les objectifs de ce travail sont : 1-mieux définir le développement des fonctions digestives, 2-préciser les besoins nutritionnels des lapereaux autour du sevrage, 3-étudier les interactions entre les besoins des lapereaux et ceux de leur mère. Chez le lapereau (25 à 42 jours d'âge), nous observons une forte augmentation des activités totales des enzymes digestives du pancréas (5 à 800 fois selon les enzymes) et du contenu intestinal (2 à 16 fois), indépendante du sevrage. La composition de l' aliment influence peu la maturation fonctionnelle du système digestif. A 25 jours d'âge, l'activité de la plupart des enzymes digestives intestinales est faible, en particulier celle de l'amylase (14 UI/totale). Ce résultat suggère que le taux d'amidon dans l'aliment distribué aux lapereaux avant le sevrage doit être modéré. D'autre part, l'apport de fibres intensifie (+24%) l'activité pectinolytique caecale déjà présente à 25 jours d'âge. Ceci favoriserait un bon équilibre de l'écosystème caecal, justifiant un apport minimum en fibres avant le sevrage. L'inclusion d'une teneur élevée de lipides (4,9%) n'est pas un facteur limitant chez le jeune lapereau, puisqu'elle induit une augmentation de l'activité intestinale de la lipase et améliore la digestion des matières grasses. La substitution de l'amidon par des fibres dans l'aliment de périsevrage améliore les conditions sanitaires des lapereaux après le sevrage (-25% de risque sanitaire), sans altération de leur poids à 70 jours. La distribution d'un aliment peu énergétique en cours de lactation altère les performances de reproduction en cours de lactation altère les performances de reproduction des femelles. La stratégie consistant à distribuer un aliment riche en fibres spécifique aux lapereaux, et un autre aliment riche en énergie aux femelles, résoudrait les problèmes d'antagonisme entre les besoins nutritionnels de la mère et de sa portée.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (125 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.101 - 115

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole nationale supérieure agronomique. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 02INPT005A
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.