La transduction des signaux au cours de la maturation du fruit de tomate : isolement et caractérisation de deux gènes codant pour des protéines kinases

par Julie Leclercq

Thèse de doctorat en Biosciences végétales

Sous la direction de Jean-Claude Pech.

Soutenue en 2002

à Toulouse, INPT .


  • Résumé

    La maturation est un processus complexe faisant intervenir de nombreux changements tant au niveau biochimique que physiologique et moléculaire. La phosphorylation, assurée par des protéines kinases, est une modification qui permet d'activer ou de désactiver des protéines cibles. Ces dernières peuvent être soit des membres d'une chaîne de transduction, soit des facteurs de transcription, soit des ensymes impliquées dans le métabolisme primaire et secondaire dans la régulation des flux ioniques, dans la croissance et la division cellulaire. Au laboratoire, ont été isolés des gènes de tomate, codant pour des protéines kinases et régulés pendant la maturation du fruit. Le premier gène, LeCTR1, isolé par DDRT-PCR (Differential Display Reverse Transcription-PCR), code pour une MAPKKK (Mitogen Activated Protein Kinase Kinase Kinase) et est très homologue au gène CTR1 d'Arabidopsis, décrit comme un régulateur négatif de la voie de transduction du signal d'éthylène. (. . . ) Le deuxième gène isolé, LeCRK1-related kinase, et est régulé pendant la maturation de la tomate et par un traitement à l'éthylène. Au niveau biochimique, LeCRK1 est affine pour la calmoduline de manière calcium dépendante. Cependant, son activité kinase est indépendante du calcium et de la calmoduline. L'expression transitoire dans des protoplastes d'une construction LeCRK1 en fusion avec la GFP, montre que LeCRK1 se fixe sur la membrane plasmique et que ce ciblage est assuré par une myristoylation et dans la moindre mesure par une palmitoylation. (. . . )


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 130 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 95-108

Où se trouve cette thèse ?