Réponse à la sélection sur la longueur des séries de ponte et adaptation à la chaleur des lignées de poules pondeuses naines avec ou sans le gène cou nu

par Chih-Feng Chen

Thèse de doctorat en Sciences animales

Sous la direction de Michèle Tixier-Boichard.

  • Titre traduit

    Responses to selection on clutch length, and heat adaptation in two lines of dwarf brown-egg layers carrying or not carrying the Naked Neck gene


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La première partie de cette thèse est consacrée à l'analyse rétrospective d'une expérience de sélection sur la longueur moyenne des séries de ponte, chez des poules pondeuses à œufs bruns nanifiées par le gène DW. La série de ponte est le nombre d'œufs consécutifs pondus sans un seul jour d'arrêt. Le dispositif comprend une lignée sélectionnée normalement emplumée (L1), une lignée sélectionnée portant la mutation cou nu NA à l'état homozygote (L2) et une lignée témoin (LT) où la mutation NA est maintenue en ségrégation. , les trois lignées sont issues d'une même population de base nanifiée. L'étude inclue l'estimation des paramètres génétiques, du progrès génétique et de la consanguinité. Les données récapitulées pour les années 1985-2000 concernent 16 cycles de sélection complets, et un effectif total de 7 979 femelles et 2 616 mâles. A la 16ème génération, la moyenne de la longueur des séries de ponte atteint 15,16 ; 14,87 et 3,63 (en nombre d'œufs pondus de façon consécutive) pour les lignées L1 (normalement emplumée), L2 (homozygote cou nu) et témoin, respectivement. L'estimation des paramètres génétiques est réalisée avec la méthode du maximum de vraisemblance restreinte (REML), après normalisation par une transformation Box-Cox pour la longueur moyenne des séries et le nombre d'oeufs. L'estimation du progrès génétique a été réalisée avec l'approche classique d'écart à la lignée témoin, et avec l'estimation des valeurs génétiques individuelles par la méthode BLUP-modèle animal. La lignée L2 a montré une réponse plus rapide à la sélection que la lignée L1, mais la lignée L1 a rattrapé le niveau de L2 dans des dernières générations. L'héritabilité estimée par le REML sur l'ensemble des données est de 0,42 pour la longueur moyenne des séries, plus élevée que pour le nombre d'oeufs, mais cette valeur tend à diminuer au fur et à mesure de l'analyse des générations successives, ce qui reste mal expliqué. Les effets du gène NA sur les différents caractères mesurés ont été estimés dans la lignée témoin, on observe un effet positif sur la moyenne et la variabilité phénotypique de la longueur des séries, qui pourrait expliquer, en partie, la réponse à la sélection initialement plus rapide dans la lignée L2. L'effet direct du gène NA sur le poids de l'œuf explique aussi la supériorité de la lignée L2 par rapport à la lignée normalement emplumée (L1) sur ce caractère. Ceci confirme l'intérêt de la combinaison des gènes NA et DW pour maintenir le poids d'œuf tout en augmentant le nombre d'œufs. Parmi les perspectives de ce travail, on peut proposer l'utilisation de ces lignées en tant que modèle pour l'analyse génétique et physiologique du rythme des ovulations chez la poule pondeuse. Dans la deuxième partie, l'objectif de l'expérience est d'évaluer les performances des lignées L1 et L2 et de leur croisement F1 à deux températures différentes, afin d'étudier les interactions génotype ́environnement (GxE) sur les caractères de ponte, mais aussi sur la réponse immunitaire chez le jeune et l'adulte. Un lot expérimental de 663 poussins a été produit le 3 Novembre 2000. La croissance des poussins mâles et leur réponse en anticorps après vaccination contre la maladie de Newcastle ont été comparées à 2 températures constantes (22ʿC et 32ʿC). Dans une deuxième expérience, 288 poules pour les trois génotypes, L1, normalement emplumée (121 poules), F1, hétérozygote cou nu (99 poules) ou L2, homozygote cou nu (68 poules) ont été distribuées dans 3 cellules à température ambiante de 22ʿC, et 3 cellules à 32ʿC, pour mesurer la ponte, la consommation alimentaire, la composition corporelle et certains paramètres physiologiques. Les résultats ont été analysés par analyse de variance et par analyse discriminante multivariée. La réponse immunitaire primaire et secondaire a été étudiée chez les poules adultes après inoculation de globules rouges de mouton (GRM). Les résultats ont montré une interaction GxE sur les caractères de ponte, mais par sur la réponse immunitaire. La lignée L2, sélectionnée, naine et cou nu, bénéficie tout à fait des effets habituels du gène cou nu sur la thermotolérance. La longueur des séries de ponte de la lignée L2 et du croisement F1 à 32ʿC est encore supérieure à celle de la lignée témoin élevée à 23ʿC. Donc, le stress de chaleur n'a pas effacé le progrès génétique obtenu sur ce caractère en L2 et la F1 a aussi bénéficié de l'effet d'heterosis. La production d'anticorps anti-GRM par les poules naines n'a pas été affectée par le stress de chaleur à court terme, ni par le gène NA, mais les homozygotes cou nu ont maintenu un niveau sensiblement plus élevé d'anticorps anti-GRM après 5 mois, quelque soit la température ambiante. La troisième partie envisage les perspectives d'application de ce travail à la production avicole et à l'étude des caractères de ponte en conditions tropicales réelles à Taiwan.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (175 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 179 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : AgroParisTech. Centre de Paris. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.