Marginalité et répression en Colombie : le cas du "nettoyage social"

par Delphine Minotti-Vu Ngoc

Thèse de doctorat en Études ibériques et ibéro-américaines

Sous la direction de Charles Lancha.

Soutenue en 2002

à l'Université Stendhal (Grenoble) .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    En Colombie, depuis la fin des années 1970, plusieurs centaines de marginaux (délinquants, enfants des rues, travailleurs sexuels. . . ) sont assassinées chaque année par de mystérieux "escadrons de la mort" désireux de nettoyer la société. C'est cette forme particulière de violence, appelée "nettoyage social", que nous avons choisi d'étudier. On peut en effet se demander comment un pays peut en arriver à de telles pratiques et comment le "nettoyage social" peut constituer pour certains une réponse à des problèmes sociaux comme la pauvreté ou la criminalité. D'autre part, l'impunité qui entoure ces actes et leurs responsables suscite, elle aussi, des questions. La première partie de notre étude est consacrée au phénomène en lui-même ainsi qu'à ses victimes, la seconde aux responsables directs (policiers, militaires, paramilitaires, guérilleros et civils) tandis que la troisième partie porte sur les responsabilités de l' Etat colombien.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2vol.(661 f.)
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. p. 636-648

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2002/6

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut des hautes études de l'Amérique latine. Bibliothèque Pierre-Monbeig.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.