Les droits de l'être humain face aux enjeux de la biomédecine

par Stéphanie Gandreau

Thèse de doctorat en Droit public

Sous la direction de Jacqueline Montain-Domenach.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les progrès de la biomédecine sont susceptibles de mettre en cause l'identité humaine en favorisant une certaine instrumentalisation de l'être humain, imposant dès lors une réflexion éthique et un recours au droit pour assurer la protection des droits de l'homme. Le respect de la dignité humaine émerge à cet égard comme un principe juridique essentiel. Sur ce fondement, la représentation juridique de l'être humain s'articule autour de deux dimensions. La première, individuelle, prend en compte à la fois le substrat biologique de l'individu et son autonomie de volonté pour tendre à sa protection physique et à la satisfaction de ses désirs. La seconde, collective, privilégie la communauté humaine ; elle repose notamment sur la référence à la solidarité et sur la prise en considération croissante de la nécessité de protéger l'humanité, actuelle et future. La tension qui résulte de la confrontation et de la conciliation des différents objectifs poursuivis et des différents intérêts en cause explique en partie l'ambiguïté et les contradictions du droit dans ce domaine, et oblige celui-ci à redéfinir un certain nombre de catégories juridiques

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (655 f.)
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr.: p. 562-638

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205141/2002/27
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.