Devenir de l'anthracène dans un sédiment de rivière en présence de micromycètes

par Evguéni Miriouchkine

Thèse de doctorat en Biologie, médecine et santé

Sous la direction de Jean-Louis Benoit-Guyod.

Soutenue en 2002

à l'Université Joseph Fourier (Grenoble) .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La problématique actuellement définie concerne le risque environnemental et pour la santé publique de l'émission accrue d'hydrocarbures aromatiques polycycliques dans l'environnement liée à l'activité anthropogène. Étant toxiques, cancérogènes et tératogènes, ces composés hydrophobes persistent généralement dans les sols et sédiments. Les champignons microscopiques possèdent un large potentiel métabolique vis-à-vis des HAPs et peuvent êtres utilisés en qualité des bioremédiateurs de l'environnement contaminé. Pour nos travaux, nous avons choisi l'anthracène, un HAP à trois cycles aromatique. Le screening mené sur milieux gélosés et en milieu liquide synthétique nous a permis de sélectionner parmi 39 micromycètes testés, 19 souches fongiques les plus résistantes et performantes vis à vis de l'anthracène. Par ailleurs, 8 micromycètes sont mis ensuite en oeuvre pour la recherche de la cinétique de la disparition fongique (pendant 32 et 64 jours) dans un microcosme de sédiment de rivière avec des caractéristiques physico-chimiques et biologiques initiales (. . . ) À l'issu de ces travaux, de très faibles taux de la disparition fongique de l'anthracène ont été observés dans nos conditions expérimentales. Seul le Zygomycète Cunninghamella echinulata a montré des résultats les plus performants (38 % d'AC dégradés en 64 jours). Cette étude a été suivie d'une recherche des meilleures conditions pour la bioremédiation fongique. Après 32 jours d'incubation dans un mélange sédiment/sable Fontainebleau de très faibles taux de disparition d'AC ont été observés : 6,6 %; 18,3 %; 17,2 % pour Rhizopus arrhizus, Cunninghamella blakesleeana et C. Echinulata respectivement. ̀Dans un second temps, la disparition en anthracène a été suivie pendant 32 jours en suspension liquide de sédiment ("slurry"). Vers la fin de l'expérimentation, de forts taux de la disparition d'AC ont observé : pour Rhizopus arrhizus (60,6 % d'AC disparus) et pour Cunninghamella echinulata (78,8 % d'AC disparus). Le champignon Cunninghamella blakesleeana est moins performant (30 % d'AC dégradés en 32 jours). Ces travaux sont à approfondir dans deux domaines : recherche d'une meilleure biostimulation et bioaugmentation fongique pour une meilleure bioremédiation des sols et sédiments contaminés ; recherche de méthodes appropriées pour l'étude de la toxicité de l'anthracène et ces métabolites après la biodépollution fongique avec le but principal d'utiliser les meilleurs bioremédiateurs en conditions favorables in situ et in ex-situ en milieu naturel.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (152 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 123-141

Où se trouve cette thèse ?

  • Library : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Médecine Pharmacie.
  • Disponible pour le PEB
  • Odds : TP02/8004
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.