Analyse de la pluviométrie sous des systèmes nuageux convectifs : étude de cas sur des données de la ville de Marseille et de la méthode ISIS de Météo-France

par Maria Helena Domingues Ramos

Thèse de doctorat en Mécanique des milieux géophysiques et environnement

Sous la direction de Jean-Dominique Creutin.

Soutenue en 2002

à l'Université Joseph Fourier (Grenoble) .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les systèmes convectifs sont souvent associés à des orages violents et des inondations. Cette thèse contribue à l'analyse de la probabilité d'apparition d'un orage dans sa dimension spatiotemporelle. Les données pluviométriques de Marseille et les données de la méthode ISIS de Météo-France de détection satellite de systèmes convectifs de méso-échelle (SCME) ont été mises en relation au pas de temps de la demi-heure (avril à septembre, 1993 à 1997). Les résultats montrent que la présence d'un SCME conditionne fortement les distributions des pluies ponctuelles et des lames d'eau. Environ 50% des systèmes sont associés à une pluie moyenne non-nulle sur la ville. Le risque de pluies fortes est environ 2. 5 fois plus important quand un SCME est présent. La notion de sévérité d'un orage a été introduite comme étant la période de retour des plus forts cumuls de pluie observés sur la ville pour différentes durées et surfaces. Les graphes de sévérité de trois événements orageux observés à Marseille montrent la forte variabilité de périodes de retour des orages. L'analyse structurale des champs de pluies a indiqué une corrélation spatiale plus forte quand on considère la pluie sous SCME, par rapport à la pluie observée en absence de SCME. L'analyse a mis en évidence une échelle de variabilité liée à la taille caractéristique des cellules convectives et une variabilité résiduelle, de taille caractéristique plus importante, correspondant probablement à la transition des zones convectives et stratiformes qui accompagnent les SCME. Un modèle de simulation de champs de pluies, basé sur la méthode des bandes tournantes, a été inféré sur les données sous SCME. Une première analyse statistique des pluies simulées a permis de montrer que ce modèle reproduit bien les moments climatologiques et spatiaux des données. Il peut être utilisé pour calculer par une approche Monte-Carlo les courbes IDSF (intensité-durée-surface-fréquence) de la pluie sous SCME.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 165 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 157-162

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TS02/GRE1/0062
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS02/GRE1/0062/D
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.