La question de l'âme et la question de Dieu dans les premiers dialogues d'Augustin d'Hippone : naissance d'une philosophie de l'image

par Frédéric Möri

Thèse de doctorat en Sciences des religions

Sous la direction de Olivier Boulnois et de Jean-Jacques Aubert.


  • Résumé

    Cette thèse a pour objet les trois premiers dialogues d'Augustin d'Hippone (De beata vita, Contra Academicos, De ordine). Nous avons montré qu'ils contiennent assez clairement le programme réalisé plus tard par Augustin dans le De Trinitate. L'auteur propose en effet un programme d'étude centré sur deux questions fondamentales, qui sont pour lui au coeur de la philosophie : la première sur l'âme, la seconde sur Dieu. C'est en résolvant un tant soit peu le problème du "Mystère" de la nature divine et l'"énigme" de la nature psychique que l'homme peut parvenir à la "vie heureuse", c'est-à-dire à la plénitude ontologique. Par la connaissance de soi en tant qu'image d'un Principe qui n'est pas soi. Les premiers textes sont ainsi construits comme de véritables exercices spirituels destinés à imposer autant qu'à légitimer cette double interrogation. Cette philosophie de l'image s'inscrit dans la tradition néoplatonicienne ; mais nous avons montré que l'auteur s'éloigne sensiblement de Plotin sur les points essentiels. L'influence de Marius Victorinus a été déterminante, et ce projet philosophique ne va pas sans rappeler celui des Stromates de Clément d'Alexandrie. Si la double interrogation est certes d'origine néoplatonicienne, la démarche d'Augustin est déjà proprement chrétienne. Augustin n'a pas lui-même opéré cette synthèse avec le néoplatonisme mais a bénéficié des précédents que constituent l'oeuvre de Victorinus et la tradition d'éclectisme remontant au moins à Clément. D'autre part, nous avons montré que nous n'assistons pas dans ces pages à la naissance du moi ou du sujet moderne. Augustin propose au contraire de considérer l'âme comme l'image de ce qu'elle n'est pas, comme ses prédécesseurs chrétiens. Que ce soit sur la question délicate des sources ou le problème de la modernité philosophique de sa pensée, ces premiers textes ainsi considérés éclairent l'oeuvre entière sous un jour particulier et permettent au lecteur d'éviter un certain nombre de contresens.

  • Titre traduit

    ˜The œquestion of the soul and the question of God in the first dialogues of Augustine of Hippo : the birth of a philosophy of image


  • Résumé

    This thesis concerns the first dialogues written by Augustine of Hippo (De beata vita, Contra Academicos, De ordine). We have demonstrated that in those works Augustine exposes the method he will follow and the purpose he will chase in the De Trinitate. The central interrogation of the studying cursus he exposes in his early works is actually centered around two questions : the fist concerns the nature of God. For him the man can live the happiness in resolving this double problem. These early texts are yet spiritual exercises that are supposed to impose and to legitimise the double philosophical interrogation, and that give some elements that show a solution : the soul must know herself as an image of a principle she is not. This Philosophy of image is in line with the neoplatonical tradition. But we have shown that this Philosophy is quite far from Plotin. The influence of Marius Victorinus has been determining, and this spiritual and intellectual project reminds the conception of the Christian Philosophy that Clement of Alexandria had defended in the second century. In fact Augustine has not made himself the synthesis between the neoplatonical and the Christian traditions, but has followed the way that Clement and Victorinus had opened before him. We have demonstrated that Augustine had not invented the modern self, or the modern subject. On the contrary, he considers the soul as an image of what she is not (God), and never as an absolute being, like his Christian predecessors. This way of understanding the first dialogues proposes a key for considering the augustinian Thought as it is : the thought of a man born in the middle of the fourth century ; and a key for reading his most important texts as they were probably supposed to be read : as spiritual exercises.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (297 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury.
  • Annexes : Bibliogr. f. 295-297

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : DOC 332

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.