Les plantes zoomorphes et anthropomorphes au Moyen Age

par Emmanuelle Pariaud-Seguin

Thèse de doctorat en Symbolique médiévale

Sous la direction de Michel Pastoureau.


  • Résumé

    Les plantes zoomorphes et anthropomorphes qui peuplent l'univers mental et figuré de l'Occident médiéval sont encore méconnues et mal inventoriées, car elle évoluent dans un corpus vaste, au carrefour de plusieurs disciplines et dans des sphères géographiques temporelles et intellectuelles différentes. On les profane, en passant par les bestiaires, les herbiers, les encyclopédies, les récits historico-géographiques et les récits de voyages. Arbre aux bernacles, agneau végétal, mouton-plante ou Baromets, arbres du Soleil et de la Lune du Roman d'Alexandre, plantes anthropomorphes de l'iconographie religieuse, métamorphoses végétales ovidiennes forêt aux filles-fleurs du Roman d'Alexandre, et la plus célèbre des plantes anthropomorphes, la mandragore : les combinaisons sont multiples. Elles s'offrent avant tout dans les images, mais pas seulement. Derrière ces hybrides se cachent toujours un récit, une croyance, un système de pensée, sans lesquels nous ne pourrions les comprendre. De cet étonnant foisonnement se dégage un mode de représentation complexe associant le végétal à l'humain où à l'animal, au-delà de la simple variation décorative. Ces plantes nous éclairent ainsi de manière nouvelle sur la conception du merveilleux et de la nature, du point de vue artistique, philosophique, théologique et scientifique, et sur la notion de mélange des règnes au Moyen Âge et à la Renaissance

  • Titre traduit

    Zoomorphic and anthropomorphic plants in the Middle Ages


  • Résumé

    The zoomorphic and anthropomorphic plants that fill the mental and figurative world of the medieval age in the West are still largely unknown and poorly inventoried; they are part of a vast corpus spread across several disciplines and different intellectual, temporal and geographic spheres. Indeed, they are present in fields ranging from religious writings to profane literature, as well as in bestiaries, herbals, encyclopedia, historical-geographic reports and travel stories. There are multiple combinations : barnacle tree, vegetable lamb, sheep plant, Baromets, Sun and Moon trees from the Alexander Romance anthropomorphic plants, the mandrake. They figure most widely as images, but not exclusively. Behind these hybrids is always a story, a belief or a system of thought, without which we could not understand them. The astonishing profusion illustrates a complex mode of representation than links, plant to human or animals, in a way that is more than a simple decorative concept. These plants offer us a novel way of looking at the concept of nature and marvels, from an artistic, philosophical, theological and scientific point of view, as well as the prevailing medieval and Renaissance idea of combining kingdoms

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (918 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie f. 16-87

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École nationale des chartes. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : PS2297
  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 161 (1)
  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 161 (2)
  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 161 (3)
  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 161 (4)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.