Les politiques publiques de paysage et de patrimoine : un outil de gestion des territoires : le cas du marais Vernier (Eure) et des coteaux de la Roche-Guyon (Val d'Oise)

par Nathalie Dumont-Fillon

Thèse de doctorat en Sciences de l'environnement

Sous la direction de Pierre Donadieu.


  • Résumé

    Dans des territoires français en mutation pris en charge par les pouvoirs publics, des politiques publiques de paysage et de patrimoine voient le jour afin de réduire le décalage entre l'évolution du territoire passée ou prévisible et les paysages souhaités. Elles s'appuient sur des textes juridiques et sur la compétence d'architectes-paysagistes pour encourager ou décourager des dynamiques en cours et certains acteurs jugés nuisibles ou utiles. Cette étude pluridisplinaire analyse les politiques du point de vue des espaces et de la relation de la société à ceux-ci. Par l'analyse comparée des deux sites français, sont montrés comment le classement de site (loi du 2 mai 1930) a permis de bloquer des paysages indésirables, comment les chartes de paysage des parcs naturels régionaux (loi du 8 janvier 1993) induisent un bon comportement et comment le projet de classement de réserve naturelle (loi du 16 juillet 1976) s'appuie sur les scientifiques en étendant l'accès au public. Les représentations artistiques et littéraires jouent un rôle dans ces processus en tant qu'éventuels modèles de référence : abondantes et anciennes dans un site, elles sont rares et récentes dans l'autre (le marais), là où à l'inverse les pratiques et les représentations sociales sont les plus personnelles et diversifiées. L'urbanisation, l'enfrichement, l'industrialisation sont rejetés au nom de la non-banalisation des espaces soumis à une pression urbaine. En fin de compte, cette thèse met en évidence une modification des rapports entre la société et ses espaces avec le contrôle ou l'anticipation des évolutions par les textes juridiques et les acteurs locaux

  • Titre traduit

    Public politics of countryside and communal heritage and management : The case of the Vernier marshes (Eure) and the slopes of "La Roche-Guyon" (Val-d'Oise)


  • Résumé

    In some areas of France that are under public control, public politics of the countryside and communal heritage have appeared,aimed at reducing the differences between past or anticipated evolution and the countryside that which is desired. These politics depend upon legal judgements and the capabilities of land-architects to stimulate or discourage evolutionary dynamics and certain supporting or opposing activists. This multidisciplinary study analyses the politics from the point of view of spaces,and the relation of society with these. By an analysis comparing two French sites, it is shown how landscape classification(Act of 2nd May 1930) allows the blocking of undesirable land, how the land harters of the regional nature reserves (Act of 8th January 1993) instigates good practice, and how the project to classify nature reserves (Act of 16th July 1976) is imposed on scientists, and also extends to public access. Artistic and literary representations play a role in these procedures as eventual reference models : abundant and ancient in one area, and by contrast infrequent and recent in the second (the marshes), just where the social practices and representations are the most personal and diverse. Urbanisation, encroachment, industrialisation,are thrown out in the name of the not destroying the character of areas menaced by urban expansion. In the final analysis, this thesis makes evident a change in the relationships between society and its open spaces with the control or anticipation of control of evolutions by means of judgements and local laws.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (300 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie 296 références

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : AgroParisTech Engref. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.