L'Union générale des Israélites de France, 1941-1944 : les organisations juives d'assistance et leurs limites légales au temps de la Shoah

par Michel Laffitte

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Annette Wieviorka.

Soutenue en 2002

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    L'Union générale des Israélites de France (UGIF) a été fondée sur injonction nazie par une loi du gouvernement de Vichy, le 29 novembre 1941. Une organisation similaire avait déjà été créée en Allemagne. De tels conseils juifs centralisés faisaient partie du plan nazi d'une définition raciale, prélude à un retranchement de la société et aux procédures d'internement, de déportation et d'extermination. Ainsi, en Pologne depuis octobre 1939, de nombreuses agglomérations possédaient leurs propres conseils juifs appelés Judenrat ou Allestenrat. En France, la situation fut différente : le conseil d'administration de l'UGIF ne fonctionna jamais à la manière d'un Judenrat, ne devint jamais l'épicentre d'un système concentrationnaire, en raison de l'hétérogénéité de ses structures, de ses traditions d'assistance et de ses ancrages géographiques et culturels qui ont, en dépit de quelques exceptions, participé à la survie des communautés juives persécutées.

  • Titre traduit

    The Union générale des Israélites de France, 1941-1944 : the jewish organizations of assistance and their legal limts in France at the time of the Holocaust


  • Résumé

    The Union générale des Israélites de France (UGIF) was founded at the Nazis' command by a law of the Vichy government on 29 november 1941. A similar organization had already been created in Germany. Centralized coucils of this kind were part of the Nazi policy of racial definition as a prelude to exclusion, internment procedures and extermination. In Poland, however, from October 1939 onwards, many towns had their own Jewish councils, called the Judenrat or Altestenrat. The situation was different in France : the UGIF board of directors was not a Judenrat. Its structure was too heterogeneous; its eighteen members never met as a group and the UGIF was never an efficient machine.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (1132 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury.
  • Annexes : Bibliogr. p.1064-1081.Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : La contemporaine. Bibliothèque, archives, musée des mondes contemporains (Nanterre).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : F 15150 (1)
  • Bibliothèque : La contemporaine. Bibliothèque, archives, musée des mondes contemporains (Nanterre).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : F 15150 (2)
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2002-124

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 13019
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.