Le régime de travail en Chine : enquêtes dans des usines taiwanaises en Chine côtière

par Ting-Sheng Lin

Thèse de doctorat en Socioéconomie du développement

Sous la direction de Michel Cartier.

Soutenue en 2002

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Cette thèse est une analyse sociologique des migrants employés dans les usines à capitaux étrangers, en l'occurrence taiwanais, implantées dans les provinces de la façade maritime chinoise. Elle repose sur des enquêtes de terrain effectuées en Chine entre 1996 et 1999 dans la province de Guangdong et dans celle du Jiangsu, auprès d'employés d'entreprises taiwanaises. L'analyse se focalise sur les ouvriers migrants originaires de l'intérieur (Hunan, Sichuan et Jiangxi essentiellement) : les raisons de leur migration, leur statut dans les régions côtières, les modalités de leur mise au travail, l'examen de leur conscience sociale. Les dispositifs de régulation des activités productives et des interactions à l'œuvre dans le cadre du processus de travail et hors du travail sont étudiés à partir des éléments spécifiques du monde chinois : la nature et le mécanisme des " relations " (guangxi) dans la société chinoise, les fonctions à la fois centrifuges et centripètes des réseaux interpersonnels qui structurent les ouvriers migrants, leur " mentalité traditionnelle ". En tenant compte de tous ces facteurs spécifiques, déterminant pour le fonctionnement de la société chinoise, et à l'aide partial de certaines théories sociologiques, l'étude mesure l'ampleur des conflits et des pratiques d'exclusion qui fragmentent les ouvriers migrants. Elle se veut également une critique du rôle de l'Etat " développeur ".

  • Titre traduit

    Labour regime in China : studies in the Taiwanesse Factories in Coastal China


  • Résumé

    This thesis is a sociological analysis of the migrant workers employed in the foreign capital factories, in the case of Taiwanese capital, established in the provinces of the Chinese maritime frontage. This work bases on field researches carried out in China between 1996 and 1999 in the provinces of Guangdong and Jiangsu. The analysis is focused on the migrant workers, natives of the interior provinces (Hunan, Sichuan and Jiangxi primarily): their motivations of migration, their status in the coastal areas, the ways they are finding these jobs, their social conscience. The apparatus of regulations of the productive activities, and the interactions within the framework in and out the process if work are studied from the specific elements of the Chinese world: the nature and the mechanism of the “relations” (guangxi) in the Chinese society, the function of the interpersonal networks which structure the universe of the migrant workers, simultaneously centrifugal and centripetal, their “traditional mentality”. By taking account of all these specific factors, decisives for the functioning of the Chinese society, and with the partial assistance of some sociological theories, this study measures the scale of conflicts and the practices of exclusion which devise the migrant workers.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (534 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 411-428

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2002-61

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9222
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.