Etude du polymorphisme du récepteur à l'antigène des lymphocytes T au cours de la tolérance et durant le rejet aigü d'allogreffes : étude d'un modèle préclinique de transplantation rénalechez des miniporcs homozytes et recombinants au locus du CMH

par Christophe Baron

Thèse de doctorat en Médecine

Sous la direction de Christian Leguern.

Soutenue en 2002

à Dijon .


  • Résumé

    Chez des lignées de miniporcs homozygotes au CMH, un traitement court par la ciclosporine (CsA)permet d'induire la tolérance aux allogreffes rénales dont le CMH de classe I est allogénique mais dont la classe II est identique au donneur. Cependant, les reins tolérés sont rapidement infiltrés par des lymphocytes T (LT)du receveur. Dans ce travail, nous avons étudié la distribution clonale des LT à la fois chez des animaux tolérants et rejeteurs (non traités par la CsA). Méthode : Dans un premier temps, les séquences nucléotidiques codant pour les 19 régions Vβ, 12 segmetns Jβ de la chaîne b du récepteur à l'antigène des LT (TCR) ont été obtenus. Le polymorphysme de longueur de la région CDR3 des chaînes b incluant ces régions, a été étudié à la fois chez des animaux tolérants et rejeteurs (non traités par la CsA). Résultats : chez les animaux tolérants, nous avons observé 1) une distribution polyclonale parmi les LT circulants mais oligoclonale parmi les LT infiltrant les reins (dominance clonale) 2)la dominance clonale n'affecte pas toujours les mêmes sous familles Vb entre différents animaux 3)sur un même animal la dominance clonale s'approfondit avec le temps après la greffe et est retrouvée identique dans une seconde greffe tolérée, implantée sans CsA 4)une dominance identique à celle du rein est observée après incubation in vitro des cellules d'un receveur tolérant avec des cellules du donneur. Chez les animaux rejeteurs, nous avons trouvé une dominance clonale conservée entre différents animaux aussi bien dans les LT circulants que dans le sang périphérique avant que la dysfonction rénale ne soit détectable. Conclusion : les présents résultats in vivo et in vitro , associés à ceux d'études antérieures, suggèrent que des LT de distribution oligoclonale jouent un rôle actif dans le processus de tolérance aux greffes rénales (ces cellules sont actuellement en cours de caractérisation phénotypique). Enfin, la précocité de la dominance au sein des LT circulants sur des animaux rejeteurs pourrait servir de base à un futur test non invasif de diagnostic précoce de rejet

  • Titre traduit

    TCR polymorphism during immune tolerance and acute renal allograft rejection : study of a preclinical model in SLA homozygous and recombinant minipigs.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (164-[37]f.)
  • Annexes : Bibliogr.f.146-164

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2099U/2002/03
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 368
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.