L'ambivalence baroque : une esthétique picturale au service d'une représentation cinématographique

par Jean-Michel Hellio

Thèse de doctorat en Arts plastique, du spectacle

Sous la direction de René Prédal.

Soutenue en 2002

à Caen .


  • Résumé

    La finalité de l'analyse que nous entreprenons repose sur l'examen du principe moteur attaché au courant baroque : l'expérience du mouvement. Cependant, la pensée baroque ne saurait se résumer à l'exacerbation de l'instant vécu pleinement, car le mouvement étudié, sans cesse en voie de métamorphose, multipliant les antagonismes, les paradoxes, masque un enjeu qui concrétise l'expression d'une rupture (signe d'une contestation des règles établies). À partir de la déclinaison que nous venons de préciser, il s'agit de proposer des critères d'appréciation susceptibles de circonscrire une esthétique de la contradiction (la terribilita, le tourbillon, l'illusion, la tension, l'instantanéité, l'hyperréalité, la fragmentation, la décantation). L'examen sera envisagé à travers la connaissance de ce dialecte abondant qu'est la peinture baroque, de manière à faire surgir les signes caractéristiques d'identités multiples. Cette expérience s'inscrit donc dans une logique qui envisage la représentation du mouvement en peinture comme le témoignage inachevé d'une entreprise destinée à s'élargir au cinéma et aux réponses apportées par l'expérience cinétique. Aussi, parmi les cinéastes qui ont inscrit la dialectique de l'ambivalence au coeur même de leur rapport au réel, nous retiendrons ceux dont le mode opératoire parvient à démontrer une esthétique issue de la peinture baroque. Nous examinerons à l'intérieur des oeuvres cinématographiques retenues l'amplitude du mouvement baroque. L'évolution du western étudiée au rythme de ses ruptures historiques (de Ford à Eastwood), l'exercice cinétique contrarié (Kubrick), l'image kaléidoscopique du polar (Scorsese, De Palma), les leurres d'une parole mensongère (Welles, Mankiewicz), la séduction avortée d'un cinéma romantique (Ophuls, Sternberg), enfin, l'expérience d'un cinéma historique et/ou social confronté à l'identité italienne (la noblesse de Visconti, la bohème de Fellini) constitueront les axes directeurs de notre étude.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (563 f.-L f. de pl.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 553-563. Filmogr. f. 540-548. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2002 HELLIO A1
  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2002 HELLIO A2
  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2002 HELLIO B1
  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2002 HELLIO B2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2872
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.