Approche de la variabilité d'une population de palourdes Ruditapes Philippinarum (Adams et Reeve), aux stades larvaires et post-larvaires

par Ivan Calvez

Thèse de doctorat en Océanologie biologique

Sous la direction de Marcel Le Pennec.

Soutenue en 2002

à Brest .


  • Résumé

    La variabilité saisonnière et spatiale des stades larvaires planctoniques et de la phase de sédentarisation post-larvaire de la palourde Ruditapes philippinarum est étudiée, au sein de la population du bassin orientale du golfe du Morbihan. Au-delà de fortes fluctuations interannuelles d'abondance, la distribution spatiale des stades adultes est relativement stable d'année en année au sein du bassin oriental, phénomène sous-tendant l'implication de facteurs environnementaux dans l'implantation et le maintien de cette espèce introduite sur le site morbihanais. Le travail entrepris comprend deux approches : (1) une étude in situ au cours d'une saison de reproduction, visant à identifier, au niveau de trois sites présentant des densités d'adultes différents (maximales, moyennes, faibles), les facteurs environnementaux potentiellement impliqués dans la variation de la survie et de la distribution des premiers stades vitaux. Celle-ci comprend la collecte de données relatives au cycle reproducteur des géniteurs, à la dynamique saisonnière des stades larvaires et à la phase de sédentérisation des post-larves sur le fond, ainsi qu'aux caractéristiques hydroclimatiques des sites étudiés ; (2) une approche expérimentale en laboratoire, à micro-échelle, visant à identifier la part des processus biologiques et physiques mis en jeu dans la structuration spatiale de l'installation larvaire. Les trois sites sont similaires du point de vue des facteurs environnementaux suivis. La dynamique saisonnière des concentrations larvaires s'avère comparable sur l'ensemble du bassin oriental. Une absence de relation systémique entre les évènements de ponte et la production larvaire est par ailleurs mise en évidence. L'hudrodynamisme local participerait à l'homogénéisation des stades planctoniques, dont l courte durée (8-10 jours) en limiterait la dissémination hors des sites de recrutement. L'installation initiale des post-larves sur le sédiment est simultanée sur les trois sites étudiés, avec un rapport comparable entre les concentrations maximales de larves planctoniques et les densités initiales de post-larves à la fixation. Au cours des premières semaines après la sedentérisation, l'évolution des densités de post-larvaires est en revanche variable entre les sites. Il est suggéré que les conditions hydrodynamiques à l'interface eau-sédiment pourrait expliquer une telle variabilité du maintien des jeunes stades benthiques, qui apparaît moindre dans les zones d'érosion de la couche superficielle du sédiment. L'approche expérimentale à micro-échelle a permis d'examiner la potentialité des larves de R. Philipinarum à selectionner des substrats différents, en absence et en présence de conditions hydrodynamiques. En eau calme, la distribution des post-larves métamorphosées est agrégative, sans relation avec la nature fdes substrats disponibles. En revanche, en conditions hydrodynamiques simulant des courants de marée, les individus exercent une nette réponse selective vis-à-vis du sédiment de sédentarisation. L'ensemble des résultats obtenus suggère que les premières semaines de la vie post-larvaire constituent une étape critique du point de vue de la variabilité spatiale de la population étudiée. Les processus physiques (hydrodynamisme) et biologiques (selection active du substrat) jouent potentiellement un rôle déterminant dans la structuration spatiale du recrutement, les premiers intervenant de manière prépondérante à grande échelle (de l'ordre du km), les seconds s'exprimant à des échelles spatiales plus réduites (de la dizaine de cm à la centaine de m).

  • Titre traduit

    Spatial variability in a population of manila clam, ruditapes philippinarum, at larval and post-larval stages


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 242 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 205-218

Où se trouve cette thèse ?