Evaluation médico-économique en santé : Prophylaxie des infections opportunistes chez les patients infectés par le virus d'immunodéficience humaine (VIH) : coût-efficacité des statégies préconisées par les recommandations françaises

par Yazdan Yazdanpanah

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et médicales. Epidémiologie et interventions en santé publique

Sous la direction de Roger Salamon.

Soutenue en 2002

à Bordeaux 2 .


  • Résumé

    En France, depuis 1990, un groupe d'experts élabore et réactualise des recommandations sur la prophylaxie des infections opportunistes (IO) chez les patients infectés par le VIH. Notre objectif était d'évaluer les stratégies recommandées sur un plan médico-économique en suivant une approche de type coût-efficacité. Dans un premier temps, à partir des données de 2 cohortes françaises de patients infectés par le VIH (n=2 664), nous avons déterminé l'incidence des IO, le taux de récidive de ces infections, et le taux de mortalité associé à ces infections en l'absence de traitements prophylactiques et de traitements antirétroviraux. Les encéphalites à Toxoplasma gondii et les pneumonies à Pneumocystis carinii étaient les infections les plus souvent rencontrées. Ensuite, à partir d'une cohorte de 1 232 patients suivis au Centre Hospitalier de Tourcoing entre janvier 1994 et juillet 1998, nous avons évalué les conséquences des IO en terme de coût. Les infections à cytomégalovirus et les encéphalites à Toxoplasma gondii engendraient les coûts médicaux les plus élevés : respectivement 4 530 € et 4 300 €/personne-mois en phase aiguê de l'infection, et 2 560 € et 2 220 €/personne-mois à distance de l'infection. Le coût moyen de la prise en charge de la maladie chez un patient à 378 CD4/ul au début de son suivi était estimé à 309 000 €. Puis, à l'aide d'un modèle nous avons projeté l'espérance de vie ajustée par la qualité ainsi que les coûts médicaux attendus des différentes stratégies. Enfin, nous avons comparé ces stratégies en utilisant des ratios différentiels coût-efficacité (C/E). La prophylaxie primaire de la pneumocytose pulmonaire et de la toxoplasmose était associée à un ratio C/E de 14 900 €/année de vie ajustée par la qualité épargnée (AVAQE). La prophylaxie primaire des infections à mycobactéries du complexe avium, des œsophagites à Candida étaient respectivement associées à des ratios C/E de 34 800 € et de 54 500 €/AVAQE). La prophylaxie primaire des infections à cytomégalovirus était associée à un ratio > 100 000 €/AVAQE. Parmi les stratégies disponibles de prophylaxie des IO, les stratégies les plus efficientes sur un plan médico-économique sont celles que préconisent les recommandations françaises.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 205 p f
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 134 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque des Sciences du Vivant et de la Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : CMTB 2002-922
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.