Étude de l'action de la vitamine A sur le risque de cancer colique lié à une surcharge lipidique

par Rachel Groubet

Thèse de doctorat en Sciences du vivant, géosciences, sciences de l'environnement. Sciences des aliments et nutrition

Sous la direction de Pierrette Cassand et de Véronique Pallet.

Soutenue en 2002

à Bordeaux 1 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les travaux présentés dans ce mémoire s'inscrivent dans les recherches en Nutrition dont l'objectif est d'établir de nouvelles données scientifiques nécessaires à une meilleure compréhension des relations entre l'alimentation et le cancer. L'objectif de ce travail était d'étudier les conséquences d'une alimentation riche en lipides gras et la vitamine A en mesurant l'expression des récepteurs nucléaires et de marqueurs intermédiaires de cancérogenèse colique (FCA). Nous avons mis en évidence des modifications précoces des profils d'expression des ARNm des récepteurs nucléaires dans la muqueuse colique des animaux (après un mois de régime cafétéria, connu pour induire une obésité nutritionnelle, et un régime hyperlipidique dont la source de lipides est l'huile de carthame, 25% dont 80% d'acide linoléique). Ces modifications se traduisent par une hyperexpression des ARNm du récepteur nucléaire PPARγ et une hypoexpression des ARNm du récepteur nucléaire RARβ quel que soit le régime consommé. Elles sont maintenues après cinq mois de régime. Les acides gras consommés à travers le régime hyperlipidique augmentent le développement de foyers de cryptes aberrantes chimico-induits. Par ailleurs, la vitamine A donnée en supplément au régime hyperlipidique consommé pendant cinq mois, présente un effet antagoniste à celui des lipides sur l'expression de PPARγ. L'interrelation des acides gras et de la vitamine A se jouerait au niveau de la voie de signalisation des rétinoid̈es puisque la vitamine A augmente l'expression de RARβ et induit une diminution de celle de PPARγ. Le déséquilibre d'expression de la voie de signalisation des rétinoid̈es est associé à une augmentation des lésions chimico-induites dans le colon (in vivo) et à une forte prolifération des cellules coliques tumorales (in vitro). Ainsi, nous avons principalement observé dans des conditions physiologiques, des modulations de l'expression des récpteurs de l'acide rétinoiq̈ue et des acides gras qui semble significatives d'une augmentation du risque de cancer colorectal associé à une consommation élevée en lipides.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 162 p.
  • Notes : Reproduction de la thèse autorisée
  • Annexes : Bibliogr. p. 145-158. Contient une bibliographie de l'auteur.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Sciences et Techniques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : FTA 2325bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.