La communication des Journées du patrimoine : de la dimension institutionnelle à la dimension symbolique

par Loïc Etiembre

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication. Muséologie

Sous la direction de Jean Davallon.

Soutenue en 2002

à Avignon .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    ˜The œcommunication of cultural heritage open-house days : from the institutional to the symbolic dimension


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'objet de cette thèse est celui de la communication publique du patrimoine appréhendée sous la forme des Journées du patrimoine telles qu'on les connaît depuis 1984 en France. Le terrain retenu correspond à l'espace pour lequel cette manifestation du troisième dimanche de septembre a été conçue originellement : le territoire national. La période arrêtée s'étend de l'année 1984, année de création du dispositif, à l'année 2000. La recherche porte donc sur un ensemble de dix-sept éditions. La manifestation des Journées du patrimoine relève d'abord d'une initiative des pouvoirs publics. En tant que telle, elle peut être considérée comme un artefact, le produit de la mise en œuvre d'une technologie particulière portant sur des lieux et des sites, des organisateurs et des visiteurs, en vue de répondre le plus efficacement possible à une intention communicationnelle : la promotion des Monuments historiques auprès du grand public en vue d'augmenter le nombre de visites payantes le reste de l'année. Officiellement, cette visée mercantile s'efface derrière celle de " mieux faire connaître aux français, la richesse et la variété de ces monuments représentatifs de l'histoire ". La perspective de cette recherche est double : d'une part contribuer à penser effectivement la spécificité de cet événement culturel en tant que dispositif communicationnel d'Etat. Il est donc question de chercher à décrire et à caractériser les conditions qui rendent possible l'événement et à comprendre l'originalité de son fonctionnement du point de vue des stratégies des instances nationales mises en œuvre. D'autre part, il s'agit de penser, dans le temps des dix-sept reconductions, la manifestation du point de vue de son opérativité, ou encore, de ses effets sociaux et symboliques. Ces deux niveaux d'entrée relèvent de deux modes d'analyse communicationnelle distincts mais complémentaires et articulables, l'un dit stratégique, l'autre dit symbolique

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (529 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 481-504. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T17.02.2[1]
  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T17.02.2[1]
  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T17.02.2[2]
  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T17.02.2[2]

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T MF 62
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.