Analyse des facteurs de risques dans une épidémie de leishmaniose viscérale dans l'Est du Soudan : le village de Barbar el Fugara

par Bruno Bucheton

Thèse de doctorat en Maladies transmissibles et pathologies tropicales

Sous la direction de Alain Dessein.

Soutenue en 2002

à Aix-Marseille 2 .


  • Résumé

    La leishmaniose viscérale est une maladie causée par des parasites intracellulaires des macrophages : Leishmania donovani et Leishmania infantum. Ils sont transmis à leurs hôtes mammifères par des diptères hématophages, les phlébotomes. Chez l'homme, l'infection par ces parasites est asymptomatique dans la majorité des cas. Toutefois, certains sujets ne contrôlent pas l'infection, le parasite se multiplie alors dans les organes profonds et cause la leishmaniose viscérale qui est mortelle si aucun traitement n'est initié. La leishmaniose viscérale est une maladie multifactorielle. Cette pathologie dépend de facteurs environnementaux, mais aussi de l'hôte et du parasite. L'existence de facteurs génétiques de l'hôte est suggérée par les études chez l'animal. Le travail présenté dans cette thèse a consisté à analyser les facteurs de risque pour la leishmaniose viscérale dans une épidémie qui s'est produite de 1995 à 2000 dans la population d'un village de l'Est du Soudan. Cette étude a permis d'identifier certains facteurs environnementaux qui ont probablement influencé l'exposition au parasite dans la première phase de l'épidémie. Lorsque l'analyse a été effectuée en incluant tous les cas survenus pendant cette épidémie et alors que la quasi-totalité de la population avait été exposée, les principaux facteurs de risques associés au développement de la leishmaniose viscérale étaient des facteurs d'hôtes, notamment l'appartenance à un groupe ethnique particulier. De plus, l'analyse de la distribution des cas de leishmaniose viscérale au sein du village a montré qu'ils étaient regroupés dans certaines familles. L'analyse génétique conduite sur des paires de germains atteints de ces familles a permis de mettre en évidence l'existence d'un locus majeur sur le chromosome 22 dans le contrôle de la maladie. Par ailleurs, deux autres loci situés sur le chromosome 2 (dont le locus de NRAMPI) pourraient aussi être impliqués. Cette étude montre pour la première fois que des facteurs génétiques jouent un rôle critique dans le contrôle du parasitisme par Leishmania chez l'homme. L'identification du ou des gènes de susceptibilité à la leishmaniose viscérale devrait contribuer à mieux comprendre les mécanismes de contrôle de ces parasites dans l'infection humaine. Un dernier aspect de ce travail a été d'évaluer l'intérêt de la sérologie pour prévoir la leishmaniose viscérale. Nos résultats montrent clairement que les sujets atteints, comme chez de nombreux sujets asymptomatiques qui contrôlent l'infection développent une forte réponse anticorps spécifique de Leishmania. Ainsi dans ces populations du Soudan et contrairement à ce qui a été rapporté dans la leishmaniose viscérale au Brésil et sur le pourtour Méditerranéen, les hauts niveaux d'anticorps anti-Leishmania ne sont pas prédictifs de la leishmaniose viscérale et doivent être utilisés avec précautions dans le diagnostic de cette maladie.


  • Résumé

    Visceral leishmaniasis is a disease caused by intracellular parasites of macrophages: Leishmania donovani and Leishmania infantum. They are transmitted to their mammalian host by various sand flies species. In humans, parasitism by these parasites remains asymptomatic in most cases. However infection is uncontrolled in some subjects leading to an intense multiplication of the parasite in the viscera and to a life threatening disease. Susceptibility to visceral leishmaniasis is complex and depends on host, parasite and environmental factors. In mice, it was shown that host genetic factors are involved in the control of experimental infections. The aim of the work presented in this thesis was to analyse the risk-factors for visceral leishmaniasis in an outbreak that occurred in a population living in a village of Eastern Sudan. We identified several environmental factors that were probably involved in determining exposure to the parasite in the first years of the epidemic. However, at the end of the outbreak, when most of the village inhabitants were exposed to Leishmania, the main risk-factors for disease were host factors, notably the ethnic group. Furthermore, the visceral leishmaniasis cases were not randomly distributed in the village but were clustered in some large families. A genetic study carried out on affected sib-pairs evidenced that a major locus on chromosome 22 was involved in disease susceptibility. This genome scan also suggests that two other loci on chromosome 2 (among which the NRAMP1 locus) are involved. This study shows for the first time that in human as in mice genetic factors are involved in susceptibility to visceral leishmaniasis. Furthermore the genetic loci identified in mice only seem to play a minor role in the genetic control identified in our population. The identification, of the gene(s) underlying visceral leishmaniasis susceptibility should therefore improve our understanding of the host-parasite relationship in human. Another aspect of this work was to evaluate the predictive value of serology for visceral leishmaniasis. Our result clearly showed that, affected individuals as well as subjects who controlled Leishmania infection, mounted a high Leishmania-specific antibody response during the outbreak. Therefore in this sudanese population, high Leishmania-specific antibody responses are of poor prognostic value unlike what is observed in Brazil or in the Mediterranean area. Another implication of this observation is that in Sudan, particularly during outbreaks of the disease, serological tools such as ELISA or DAT may not be reliable for the diagnostic of visceral leishmaniasis.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 195-[8] f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr., 136 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Timone). Service commun de la documentation. Bibliothèque de médecine - odontologie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2002/AIX2/0664Ubis
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 978
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2015-013653
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.