Evaluation des effets psychocomportementaux de doses subanesthésiques de kétamine chez le sujet sain

par Joëlle Micallef-Roll

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de Olivier Blin.

Soutenue en 2002

à Aix-Marseille 2 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Malgré les avancées pharmacologiques avec les antipsychotiques «atypiques» certains patients schizophrènes ne sont pas améliorés par le traitement ou ne le tolèrent pas ou ne sont que partiellement améliorés avec la persistance des symptômes négatifs et des signes cognitifs. Aussi est-il nécessaire d'améliorer à la fois les outils diagnostiques et d'identifier des cibles pharmacologiques futures. Le système glutamatergique pourrait offrir cette double opportunité. L'implication du glutamate dans la physiopathologie de la schizophrénie repose, entre autres, sur le fait que la phencyclidine et la kétamine, antagonistes des récepteurs glutamatergiques NMDA soient à l'origine de. Symptômes rappelant étrangement les signes observés dans la schizophrénie. Aussi la compréhension des symptômes induits par la kétamine pourrait constituer une première approche dans cette nouvelle voie de recherche et le développement d'un « modèle » pharmacologiquement induit chez le sujet·sain permettrait d'orienter le choix des molécules lors des phases cliniques précoces. L'objectif de ce travail a été d'étudier cet outil pharmacologique en évaluant les effets de doses subanesthésiques de kétamine sur des indices perturbés chez le patient schizophrène et aisément explorés chez le sujet sain : les troubles de l'émotion, le traitement de l'information et les mouvements oculaires. Au cours de ces études réalisées au Centre de Pharmacologie Clinique et d’Evaluations Thérapeutiques, il a été montré que la kétamine à des doses subanesthésiques chez le sujet sain entraînait des effets psychomimétiques, d'apparition rapide, transitoires et réversibles, reproduisant ainsi les résultats d'études précédemment publiés. En outre, des anomalies de la sphère émotionnelle et du traitement de l'information ont été mises en évidence, grâce à des outils de mesure validés et sensibles (test des inductions des émotions et temps de réaction) et étaient comparables à celles observées chez le patient schizophrène. L'étude des effets de la kétamine sur l'oculomotricité dont l'analyse est en cours, nous permettra d'évaluer si cette molécule est aussi capable d'induire des anomalies oculaires documentées chez le schizophrène. L'ensemble de ces résultats permet d'envisager les aspects éthiques liés à·l’utilisation de la kétamine, la validité de cet outil pharmacologique et son utilité éventuelle pour l'exploration de nouvelles approches thérapeutiques.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 192-[45] f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr., 413 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Timone). Service commun de la documentation. Bibliothèque de médecine - odontologie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2002/AIX2/0663Ubis
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 3972
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2015-013652
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.