La tradition anti-musicale dans l'Antiquité grecque

par Clotilde Vatant-Faillat

Thèse de doctorat en Préhistoire, archéologie, sciences de l'Antiquité

Sous la direction de Gilles Dorival.

Soutenue en 2002

à Aix-Marseille 1 , en partenariat avec Université de Provence. Faculté des lettres et sciences humaines (autre partenaire) .


  • Résumé

    Les musicologues, jusqu'au IIe siècle de notre ère, ont constaté le caractère irrationnel de la musique ; cela rendit inéluctablement cet art effrayant. Cette peur de la musique ne tarda pas à être expliquée. Dans le domaine esthétique d'abord : le plaisir des sens constitue un danger pour l'âme. Pour être bonne, la musique doit être utile, conduire à la vertu. Sa critique ne peut être considérée indépendamment des conceptions éthiques. Une sélection par l'éthique des éléments musicaux est alors nécessaire; La critique est aussi épistémologique ; elle attaque les théories élaborées sur le pouvoir scientifique et éthique de la musique. Le texte du papyrus Hibeh 13, le "Péri mousikès" de Philodème et le "Pros mousicous" de Sextus Empiricus, l'"Ane de la lyre" de Varron, remettent en cause ces valeurs. Sont-ils les porte-parole d'une tradition anti-musicale. N'existe-t-il pas plutôt deux mouvements anti-musicaux, l'un rejetant les mauvaises musiques, l'autre les mauvaises théories musicales ?

  • Titre traduit

    The "Anti-music" tradition in ancient greece


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (738 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 569-598. Index

Où se trouve cette thèse ?