Jacques Lemercier (avant 1586-1654) : architecte et ingénieur du roi

par Alexandre Gady

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Claude Mignot.

Soutenue en 2001

à Tours .


  • Résumé

    Dans le contexte monographique qui a permis de renouveler, ces deux dernières décennies, nos connaissances de l'architecture française du XVIIe siècle, il restait à étudier une figure majeure du "siècle de Louis XIII" : Jacques Lemercier. Comme ses contemporains François Mansart, Pierre Le Muet et Louis Le Vau, celui-ci appartient en effet à une période charnière où les multiples changements et innovations obligent à fixer le plus précisément possible la place de chacun. Fils d'un maître maçon d'envergure, né à Pontoise, Lemercier a fait une carrière exceptionnelle. Après une longue formation à Rome sous Henri IV, il est entré au service du roi dès 1613 et a occupé, jusqu'à sa mort en 1654, une place prépondérante dans l'administration des Bâtiments du Roi. Protégé par Marie de Médicis, puis par le Cardinal de Richelieu dont il fut l'architecte favori, " premier architecte du roi" en 1639, Lemercier a beaucoup contruit, tant à Paris qu'en Province : châteaux, hôtels particuliers, églises. . . . Malgré cette brillante carrière au service de Richelieu, malgrès les éloges de ces contemporains, qui voyait en lui " le premier architecte [du] siècle", Lemercier ne suscite plus dès le XVII e siècle que des éloges de convention. [. . . . ] Jacques Lemercier apparaît bien, au terme de ces recherches, comme un architecte majeur. Son oeuvre, en importance comme en qualité, permet de dégager une figure moins conventionnelle que l'image de "grand homme" ne pouvait le laisser deviner. Ses apports dans les domaines de la stéréotomie, de la charpenterie ou l'art des jardins, ses qualités de dessinateur également, invitent à voir en Lemercier un remarquable praticien.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol.(1441 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. Index. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 10673
  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 10674
  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 10675
  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 10676
  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 10677
  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 10678
  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 10679
  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 10680
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.