Aspects cognitifs de l'anaphore pronominale : approche psycholinguistique et ouverture neuropsycholinguistique auprès de deux patientes atteintes de démence type Alzheimer

par Marion Fossard

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Jean-Luc Nespoulous.

Soutenue en 2001

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    La forme des expressions référentielles dénotant des entités dans le discours dépend souvent de la manière dont les représentations mentales de ces entités ont été établies précédemment. Ainsi, certaines entités mentionnées dans un énoncé sont plus centrales, plus focalisées que d'autres, et cette focalisation imposerait des contraintes sur l'utilisation des différents types d'expressions référentielles à disposition. Notre recherche, s'appuyant sur des modèles psycholinguistiques du traitement de l'anaphore (modèle du Focus en mémoire de Sanford et garrod, 1981, 1994 ; théorie du Centrage de Gosz, Joshi et Weinstein, 1995, 1998), se donne pour objectif d'étudier le fonctionnement référentiel de deux types de pronoms : le pronom anaphorique (il) et le pronom anaphorico-déictique (celui-ci). La première expérience consacrée à l'étude du contraste référentiel existant entre le pronom anaphorique et le nom propre répété, vise à tester en langue française des résultats précédemment obtenus en langue anglo-américaine par Gordon et al. (1993, 1995). Les deux autres expériences intéressent le fonctionnement de deux types de pronoms cités plus haut. Les résultats obtenus indiquent que seuls les pronoms seraient sensibles à la focalisation des entités de discours (contrairement aux noms propres répétés), mais dans des directions opposées : si le pronom anaphorique indique de maintenir son attention sur l'entité la plus focalisée ; le pronom anaphorico-déictique indiquerait un déplacement du centre d'attention. Ce dernier marqueur, dont le fonctionnement ne s'exprime clairement qu'en situation de "contrôle des risques d'ambigui͏̈té référentielle" (Charolles, 1995), nous a amenés à tenter deux simulations de nos résultats. Ces simulations, dont le but est d'éclairer les mécanismes cognitifs sous-jacents au fonctionnement de l'anaphore pronominale, constitue une base pour notre étude du fonctionnement référentiel auprès de patients atteints de démence type Alzheimer.

  • Titre traduit

    Cognitive aspects of pronominal anaphora a psycholinguistic approach and a neuropsycholinguistic "opening" in two patients with Alzheimer's disease.


  • Résumé

    The form of referential expressions used to refer to specific entities in a discourse often depends on the way in which mental representations of these entities have been previously established. Consequently, some entities mentioned in an utterance are more salient, more"focused" than others, and this focusing would set constraints in using different types of referential expressions available. The goal of our research - based on psycholinguistic models of anaphora processing ("theory of focus" in memory, Sanford and Garrod, 1981, 1994 ; "centering theory", Grosz, Joshi & Weinstein, 1995, 1998) - is to study the referential functioning of two kinds of pronouns : anaphoric pronouns (il) and anaphoric-deictic pronouns (celui-ci). Our first experiment studying the referential contrast between anaphoric pronoun and repeated proper noun is an attempst to assess, in the French language, some results previously obtained in English by Gordon et al. (1993, 1995). Two others experiments aim at characterising the functioning of both above mentioned types of pronouns. Results indicate that only pronoun processing would be sensitive to the focusong of discourse entities (unlike repeated proper noun processing), but in opposite ways : indeed, if an anaphoric pronoun, clearly indicates to maintain attention on the focused entity, an anaphoric-deictic pronoun would rather indicate a shift in attention locus. Regarding the latter type of pronoun, whose functioning is particulary clear in situations of "control of referential ambiguity risk" (Carolles, 1995), it led us to an attempt to a simulation of induced our own results. These simulations, whose goal is to specify cognitive mechanisms underlying pronominal anaphora processing, constitute the basis for our study of referential functioning in patients with dementia of the Alzheimer's type.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (439 f.)
  • Notes : Reproduction de la thèse autorisée
  • Annexes : Bibliogr. f. 311-321. Résumés en anglais et en français

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.