Les fictions policières de Manuel Vázquez Montalbán : vingt-cinq ans de chronique sociale et de création littéraire, 1972-1997

par Christian Courthieu

Thèse de doctorat en Études ibériques

Sous la direction de Bernard Bessière.

Soutenue en 2001

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Ce travail qui interroge l'ensemble des fictions policières de la série Carvalho sous les angles de la chronique sociale et de la création littéraire, met l'accent sur la transfiguration du réel par l'écriture. La première partie (Histoires d'une écriture) étudie les raisons de l'émergence de ce genre inattendu, le genre « policier », au sortir de la dictature. Y sont envisagés, à partir du parcous littéraire de l'écrivain, le passage de l'écriture « subnormale » à l'écriture policière par le biais du roman noir américain, puis son dépassement, ainsi que le choix du mode narratif : le réalisme poétique comme esthétique du dévoilement. L'examen de Lo literario, deuxième volet du projet de Montalban après la chronique, révèle des itinéraires lecture, l'esthétique du divertissement se doublant d'un réseau de significations mis en jeu notamment par les rapports que l'intertextualité établit entre le cinéma et la littérature. Personnage intertextuel par excellence, pivot des représentations, focalisé et focalisateur, le détective Pepe Carvalho est considéré des points de vue de sa naissance littéraire, de son identité problèmatique, de la portée symbolique de sa biblioclastie et de son rôle dans la série. La deuxième partie (Du réel objectif. . . ) s'attache à scruter le réel authentifiablequi ancre la chronique : les lieux, Barcelone, sa géographie, son histoire et ses métamorphoses : l'époque, l'Espagne, du tardo-franquisme (1972) au retour de la droite au pouvoir (1996), marquée par les bouleversements politiques, économiques, sociaux et culturels et par l'évolution des mentalités que provoque le passage à la démocratie. La troisième partie enfin (. . . Au réel imaginé) montre comment le réel tuilisé et manipulé tisse trois motifs étroitement imbriqués – le franquisme comme soubassement de la société espagnole, la faillite de la gauche dans ses aspirations à changer le monde, l'univers urbain comme système d'aliénation – dans des fictions qui tentent d'expliquer l'Histoire.

  • Titre traduit

    Manuel Vasquez Montalbans detective stories : twenty five years of social chronicle and literary creation (1972-1997)


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    This work which questions the whole of detective stories from the Carvalho series, seen from the angles of the social chronicle and the literary creation, emphasizes the transfiguration of reality through writing. The first part (History of writing) focuses on the reasons of the emergnece of that unexpected genre, the « thriller » genre, as the dictatorship is drawing to a close. There are considered, from the literary evolution of the writer, the passage from a « subnormal » writing to the detective story writing via the American Black novel, and then its surpassing, as well as the choice of narrative mode : poetical realism as an aesthetics of unveiling. The study of Lo literario, second part of Montalban's plan after the chronicle, reveals reading paths, the aesthetics of entertainment being then doubled by a network of significations thrown in more particularly through the relationships that intertextuality establishes between the cinema and literature. Intertextual character if any, mainspring of the representations, both focused upon and focusing, the detective Pepe Carvalho is considered from the point of view of his literary birth, of his problematic identity of the symbolical scope of his biblioclasty and of his role in the series. The second part (From objective reality. . . ) deals with the authenticatable reality which roots the chronicle : places, Barcelona, its geography, its history and its metamorphoses ; the time, the Spain of late Francoism (1972) when the right wing was coming back into power (1996), marked by the cultural, social, economic and political disruptions and by the evolution of the mentalities caused by the passage to democracy. The last but not least part (. . . To imagined reality) shows how reality, used and manipulated, weaves three patterns that are intricately linked – Francoism as a base of the spanish society, the failure of the left wing in its desire to change the world, the urban world as an alienating system – in fictions that try to explain History.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 237-[18] f.
  • Notes : Reproduction de la thèse autorisée
  • Annexes : Bibliogr. f. [18]

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.