Les représentations sociales de l'intelligence chez des mères et leurs filles (âgées de 8-10 ans et de 13-15 ans) issues de milieux socioculturels contrastés

par Stéphanie Constans

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Alain Baubion-Broye.

Soutenue en 2001

à Toulouse 2 .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    ˜The œsocial representations of intelligence by mothers and their daughters (aged from 8-10 years or from 13-15) coming from mixed socio-cultural backgrounds


  • Résumé

    Les identités sociales des sujets orientent-elles leurs représentations de l'intelligence à travers, notamment, les relations dialectiques parent/enfant ? L'objectif principal de notre recherche est d'analyser, dans une perspective psychosociale et développementale, les représentations de l'intelligence que construisent des mères et leurs filles (âgées de 8-10 ans ou de 13-15 ans) issues de milieux socioculturels contrastés. Notre société occidentale valorise la réussite scolaire et par là le concept d'intelligence qui lui est implicitement associé. Concept flou et vernaculaire, l'intelligence est particulièrement propice au développement de représentations sociales, notamment dans le champ de l'éducation où elle fait partie des expériences quotidiennes des parents et des enfants. Notre étude a été réalisée auprès de 459 sujets interrogés par questionnaires. Les données ont fait l'objet d'analyses statistiques (principalement des analyses factor! ielles et des analyses de la variance). Les résultats montrent, d'une part, une hétérogénéité des représentations de l'intelligence qui s'explique par l'appartenance des mères et des filles à differentes identités sociales et, d'autre part, une transmission entre mère et fille de ces représentations. Les filles les plus jeunes véhiculent les représentations les plus polysémiques et privilègient un modèle d'enfant acteur de son développement. Si les adolescentes se caractérisent par un refus de définir l'intelligence, elles développent plus que leurs cadettes des représentations proches de celles de leur mère et ont une meilleure connaissance des représentations maternelles. Enfin, si l'ensemble des mères définit l'intelligence en terme de socialisation, c'est dans ce groupe que l'effet de la variable socioculturelle est le plus marqué : les mères de milieux défavorisés privilègient une représentation innéiste alors que celles de milieux favorisés développent davantage une conception interactionniste de l'intelligence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 260-VIII f.
  • Notes : Reproduction de la thèse autorisée
  • Annexes : Bibliogr. f. 236-249. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.