La Russie en guerre (1914-1918) vue par les périodiques occidentaux : relation des événements, nationalismes et propagange

par Gilles Wolfs

Thèse de doctorat en Sciences historiques

Sous la direction de Paul Dumont et de Vladimir Claude Fišera.

  • Titre traduit

    Russia in war (1914-1918) as seen by European periodicals : coverage of the Events, Nationalisms and Propaganda


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'exploration des rapports entre propagande, nationalismes et guerre fait émerger plus de problèmes que de réponses. De plus, au cours de la Grande Guerre, on assiste à une féroce guerre des images. Dans l'analyse qualitative (dépouillement des principaux organes de presse occidentaux) et quantitative (décompte d'articles, mesures de ces analyses et pourcentages), on sent trois grands courants. En premier lieu, les presses austro-allemandes adoptent la même attitude relativement optimiste par rapport à la situation sur le front oriental. La propagande austro-allemande souligne l'union contre-nature des démocraties occidentales avec l'autocratie qui va, à terme, développer des rivalités. Le second groupe est constitué par la presse de l'Entente qui se montre très confiante au début de la guerre. L'alliance avec l'Empire russe est indispensable, mais représente une gêne pour la propagande, puisqu'elle ne correspond pas à l'image que l'on veut donner de son camp. La censure va donc œuvrer afin de taire les fautes et les crises russes. Les sentiments de prudence, puis de doutes et enfin d'inquiétudes provoquent un véritable changement d'attitude et d'optique vis-à-vis de la Russie. La France qui se montrait la plus confiante pendant la période tsariste, se sent également la plus trahie sous le régime bolchevique Le dernier groupe est constitué par la presse suisse qui se montre divisée. La presse romande adopte un comportement proche de la presse de l'Entente, notamment sous la période bolchevique. Moins engagée dans le conflit, elle se montre plus prudente que ses confrères de l'Entente. Il en est un peu de même pour la presse alémanique. Si elle est proche des puissances centrales, son enthousiasme face aux réussites de ce camp n'est pas démonstratif. La réalité politique russe est finalement fort mal connue en Occident, ce qui explique également l'âpreté des débats et les dissensions à propos de la Russie d'autant plus que le pays n'est analysé qu'en fonction des intérêts propres de chaque pays. La défection russe entraîne rapidement de multiples conséquences pour le front occidental. La fin du front oriental démontre par omission l'importance de l'effort russe. Les Alliés doivent donc pallier cette " trahison " en essayant de maintenir un second front contre les puissances centrales car la victoire finale n'a pas encore choisi son camp.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 6 vol., 1785 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Sources et bibliogr. f.1201-1363

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2001,1
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2001,2
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2001,3
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2001,4
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2001,5
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2001,6
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : M.500.732,2001,1
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : M.500.732,2001,2
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : M.500.732,2001,3
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : M.500.732,2001,5
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : M.500.732,2001,6
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.