Etude du phénotype osseux et de la perte osseuse d'immobilisation chez deux souches de souris matures consanguines, les C3H/HeJ et les C57BL/6J

par Daniel Amblard

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Christian Alexandre.

Soutenue en 2001

à Saint-Etienne .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Bone phenotypic characterization and effect of mechanical unloading in the C3H/HeJ and C57BL/6J skeletally mature inbred strains of mice


  • Résumé

    Nous avons caractérisé le squelette de 2 souches de souris consanguines connues pour avoir une haute (C3H/HeJ ou C3) et basse (C57BL/6J ou B6) masse osseuse, puis les avons soumises à un modèle d'immobilisation afin de tester l'hypothèse selon laquelle la perte osseuse de l'immobilisation est génétiquement déterminée. La métaphyse fémorale distale a été évaluée par densitométrie, histomorphométrie et par 2 méthodes microtomographiques à rayons X (microscanner et rayonnement synchrotron). Le degré de pontage et la minéralisation de la matrice collagénique, l'épaisseur corticale et trabéculaire, la porosité corticale et le degré d'anisotropie sont plus importants chez les C3H que chez les B6. Au niveau fémoral et systémique, les activités osseuses de résorption et de formation sont moins élevées chez les C3H que chez les B6. En bref, les C3H ont donc des activités cellulaires basses, associées à une masse osseuse élevée et un os plus mature comparées aux B6. Enfin, un dimorphisme sexuel a été décrit dans ces souches. Lorsque ces animaux sont suspendus par la queue, leurs stratégies d'adaptation sont différentes. Après 14 jours, les B6 suspendues diminuent leur masse osseuse fémorale par amincissement des travées. Ces altérations résultent d'une dépression de la formation osseuse, visible dès 7 jours et qui se normalise à 14 jours. Ces souris, à squelette mature, présentent une cinétique de perte osseuse comparable à celle déjà décrite chez le jeune rat en croissance. Les C3H ne perdent pas d'os après 14 et 21 jours de suspension. Cependant, à 14 jours, leurs activités de résorption et de formation osseuses sont stimulées et pourraient donc permettre de conserver un bilan tissulaire stable. Cette souche pourrait posséder les gènes permettant de prévenir la fragilité osseuse de l'immobilisation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 226 f.
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. 22 f.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.