Effets d'un stress prénatal appliqué à des rates gestantes sur leur comportement maternel et sur le développement, l'anxiété et l'apprentissage de leur progéniture

par Valentine Patin

Thèse de doctorat en neuroscience

Sous la direction de Jean Caston.

Soutenue en 2001

à Rouen .


  • Résumé

    Chez l'homme, certaines modifications telles que l'hyperémotivité, les troubles du sommeil, le retard de développement neurologique chez l'enfant peuvent être engendrés suite à une période de stress maternel pendant la grossesse. Les recherches que nous avons entreprises ont permis de préciser les conséquences engendrées par un stress émotionnel de type écologique, la mise en présence d'un chat de façon ponctuelle, au cours de la gestation, sur la descendance mais également sur le comportement maternel. Les effets du stress prénatal ont été mesurés dans plusieurs expériences dans lesquelles nous avons fait varier le jour du stress (10ème jour : moment de la formation du tube neural ou 14ème jour : moment de la différentiation nerveuse) et l'intensité du stress (aigue͏̈ ou répétée). Les résultats et les comparaisons statistiques ont montré que : la mise en présence d'un chat à proximité de la rate gestante produit une réponse physiologique (taux de corticostérone) qui présente les caractéristiques du stress. Le stress prénatal, quel qu'il soit, a des effets délétères sur le comportement maternel. Les petits prénatalement stressés ont un fort taux de mortalité et une lente évolution pondérale. Ils montrent également un développement plus lent et cela de façon plus flagrante pour les petits nés de mères stressées de façon aigue͏̈ au 10ème jour de gestation. Le stress prénatal à un moment ponctuel de la gestation (10ème ou 14ème jour), qu'il soit aigu ou répété n'engendre pas d'effet sur l'anxiété de trait. Par contre, il engendre des effets sur l'anxiété d'état pour les animaux stressés au 10ème jour de façon aigue͏̈ et pour les animaux stressés au 14ème jour de façon répétée. Le stress prénatal entraîne des modifications dans le comportement social des animaux qui semblent moins agressifs ou plus soumis et ceci de façon plus flagrante pour les animaux nés de mères stressées de façon répétée. Toutes ces études montrent bien qu'un stress prénatal appliqué à un jour donné de la gestation influence le développement des fonctions cognitives des jeunes.

  • Titre traduit

    Effects of prenatal stress on maternal behavior in rats, and on growth, anxiety, learning and behavioural capabilities of their offspring.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol.(156, 76 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. : 316 références

Où se trouve cette thèse ?