Humanisation de la N-glycosylation d'anticorps recombinants produits dans des plantes transgéniques

par Muriel Bardor

Thèse de doctorat en Biologie. Biochimie

Sous la direction de Patrice Lerouge.

Soutenue en 2001

à Rouen .


  • Résumé

    La production de protéines recombinantes à intérêt thérapeutique dans les plantes transgéniques est un domaine en pleine expansion. Afin d'évaluer la capacité des plantes à N-glycosyler ces protéines, nous avons réalisé une analyse comparée de la N-glycosylation d'un anticorps produit chez la souris et dans des plantes transgéniques (planticorps). Cette étude a montré que l'anticorps produit chez la souris est N-glycosylé par des N-glycannes de mammifères, alors que le planticorps porte des N-glycannes végétaux substitués par des résidus β1,2-xylose et α1,3-fucose. L'absence de ces épitopes chez les mammifères pose la question de l'immunogénicité de ces résidus chez l'homme, lors d'une utilisation thérapeutique de ces planticorps. Pour déterminer le caractère immunogène de ces glycoépitopes, des animaux ont été immunisés avec une glycoprotéine végétale modèle possédant 6 à 8 N-glycannes porteurs des résidus α1,3-fucose et β1,2-xylose. Ceci a démontré que ces glycoépitopes déclenchent une réponse immunitaire forte chez le lapin, le rat et faible chez la souris. Parallèlement, nous avons montré que la désensibilisation de patients allergiques par des glycoprotéines de pollen induit la production d'IgG4 anti-β1,2-xylose et anti-α1,3-fucose. Une étude réalisée sur les sera de 53 individus non allergiques, a démontré que 27 d'entre eux possèdent des IgM et des IgG dirigés contre le β1,2-xylose et/ou l'α1,3-fucose, résultant probablement d'une sensibilisation par des antigènes environnementaux. Ainsi, l'immunogénicité de ces glycoépitopes a été démontrée. Afin d'obtenir des N-glycannes humanisés associés aux protéines recombinantes produites dans les plantes transgéniques, nous avons exprimé le gène humain codant pour la β1,4-galactosyltransférase dans des plantes de tabac. L'analyse de la N-glycosylation d'un planticorps produit dans ces dernières a montré que 30% de ces N-glycannes sont β1,4-galactosylés. Le pourcentage de N-glycannes β1,4-galactosylés ainsi obtenu est proche de celui de l'anticorps de souris. Ces résultats représentent une avancée majeure dans l'ingénierie métabolique in planta de la N-glycosylation.

  • Titre traduit

    N-linked glycan humanisation of recombinant antibodies produced in transgenic plants


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (175 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. : 320 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 01/ROUE/S021
  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 01/ROUE/S021
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.