La relation d'agression dans le harcèlement sexuel : référentiels psychopathologiques et concept d'accompagnement

par Claudette Marchand-Bonfils

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Loïck M. Villerbu.

Soutenue en 2001

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Harassment is part of the abuse area and belongs to sexual field in criminal law in France. Therefore, policies concerning criminal matters had to take care of this social problem with the focus of sexual violence for women. The historical, anthropological, axiological deconstruction of male and female relations leads to the modeling -crossing sanitary and social areas- of practices : prevention, control and problem solving resolution of the phenomen. In a security axis, this deconstruction allows to locate risks, dangers, insecurity. It is also useful for the analysis of actual preventive and therapeutic mesures in their positive points and failings, so as to lead to new treatments, new places and conjure a psychological guidance model different from the therapeutic one already existing, close to the judicial area. In a psychopathological theorical axis, this work and research of the different psychopathological referentials has given the opportunity to experiment a modeling centred on hated and disgrace through the discourse on experiences of women victims who had to put up with sexual harassment. This modeling, in an anthropological and psychopathological orientation, questions the notion of pathology. This modeling is recevant for men and women, attackors and attacked ones ; thus the possibility to conceive a personal and social mutation of both people involved. This psychopathological research is part of elaboration of criminal policies. In this very way this research participates in the preservation and in the quality maintenance of social bonds.

  • Titre traduit

    The agresion relation harassment psychopathological : referentials models and concept of guidance


  • Résumé

    Le harcèlement sexuel entre dans le champ de la maltraitance et relève des agressions sexuelles dans le cadre du droit pénal en France. Dès lors, les différentes politiques criminelles ont dû tenir compte de ce problème social, sous l'angle des violences sexualisées faites aux femmes. La décontruction historique, anthropologique, axiologique des rapports hommes-femmes amène à modéliser -au croisement du sanitaire et du social- les pratiques de prévention, de contrôle et de résolution du phénomène. Dans un axe sécuritaire, cette même déconstruction permet de repérer le risque, le danger, l'insécurité. Elle permet aussi d'analyser les protocoles préventifs et thérapeutiques actuels dans leurs apports et leurs manques pour ouvrir à des procédures nouvelles, des lieux nouveaux, et laisser émerger un modèle d'accompagnement psychologique différent d'un modèle thérapeutique existant, en lien étroit avec le juridique. Dans un axe psychopathologique, hors intervention, ce travail à travers une recherche des différents référentiels psychopathologiques a permis d'expérimenter une modélisation centrée sur la haine et sur la honte à partir du discours sur le vécu des femmes victimes de harcèlement sexuel. Cette modélisation, dans une orientation anthropologique et psychopathologique, interroge la pathologie. Cette modélisation vaut pour l'homme et la femme, l'agresseur et l'agressée, d'où la possibilité de concevoir un changement personnel et social des deux actants. Les effets de cette recherche psychologique entrent dans les élaborations de politiques criminelles et en cela cette recherche participe au maintien et à la qualité d'un lien social.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (437 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 427-437

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.