Les armées romaines dans la péninsule ibérique : de la seconde guerre punique à la bataille de Munda : 218-45 av.J.C.

par François Cadiou

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Patrick Le Roux.

Soutenue en 2001

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Les @guerres constantes menées par Rome dans la péninsule ibérique aux deux derniers siècles av. J. C. Occupent une place essentielle dans le processus d'expansion qui étendit l'hégémonie romaine à l'ensemble du bassin méditerranéen. Longues et difficiles, elles sont réputées avoir particulièrement contribué à fragiliser le régime républicain en déstabilisant le système de recrutement traditionnel des armées et en révélant les limites de leurs conceptions de la guerre et du combat. Dans ce travail, l'auteur montre au contraire que les armées républicaines constituaient une organisation flexible ainsi qu'un instrument complexe susceptible de s'édapter aux conditions rencontrées sur le terrain. Ces atouts paraissent d'autant plus importants pour évaluer l'effort militaire imposé à la cité romaine par ces guerres, que le cloisonnement des sociétés péninsulaires et leurs traditions guerrières maintenaient en réalité chaque confrontation dans un cadre délimité et familier. Sur place, les armées demeurèrent organisées en fonction des impératifs des campagnes à mener et ne se transformmèrent pas durablement en troupes de garnison. Le contrôle à long terme des territoires conquis reposait en effet sur d'autres méthodes : le relais formé par les communautés alliées ou la fondation de nouveaux centres urbains. Régulièrement renouvelées et ravitaillées depuis l'Italie, les armées de conquête ne dépendaient que partiellement des circonscriptions administratives que devenaient progressivement les provinces hispaniques à cette période. Celles-ci fournissaient vivres et troupes auxilliaires, mais cette contribution ne constituait pas une exploitation systématique des ressources disponibles, ni ne rec uvrait l'ensemble des besoins des armées romaines. Ainsi la présence militaire permanente dans la péninsule ibérique, entraînée par la succession ininterrompue des campagnes, témoigne de la vigueur d'un système centralisé et, jusqu'à la fin de la République ne permet pas de conclure à une ébauche d'armées provinciales dans cette partie occidentale de l'Empire.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    ˜the œRoman armies in the Iberian peninsula from the Second punic war to the battle of Munda : 218-45 b.c.


  • Résumé

    @During the last two centuries BC, the constant wars led by Rome in the Iberian peninsula have played an important part in the process which spread the Roman hegemony over the whole Mediterranean world. Those long and difficult wars are said to have contributed to the weakness of the republican system by destabilizing the traditional military recruitment and by revealing the limits of the republican conception of warfare and combat. On the contrary, the author shows in his work that the republican armies constituted a flexible organization and a complex instrument capable of adapting themselves to the very conditions on the spot. Those assets seemed all the more important to estimate the military effort imposed on the Roman city by those wars that the fragmentation of the Iberian societies and their war traditions maintained each confrontation in a geographically limited and tactically familiar framework. On the ground, the armies remained organized according to the needs of the current military campaign without turning themselves into garnison troops Indeed the long term control of the conquered territories depended on other methods such as the creation of a network of allied communities or on the foundations of new towns. The Roman armies were regularly renewed and supplied from Italy. They were therefore not entirely dependent on the formation of the Iberian provinces, which were progressively transformed into administrative districts at that time. Those provinces provided provisions and auxiliary troops. But their contribution didn't correspond neither to a systematic exploitation of the available resources nor to the whole needs of the Roman armies. So, the permanent military presence in the Iberian peninsula, resulting from the unbroken succession of campaigns, testified to the strength of a centralized system and, until the very end of the Republic, it didn't allow us to conclude to the beginning of provincial armies in that western part of the Empire.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Casa de Velázquez à Madrid

Hibera in terra miles : les armées romaines et la conquête de l'Hispanie sous la République, 218-45 av. J.-C.


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 721p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 669-713

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR RENNES 2001/15
  • Bibliothèque : Centre de documentation de l'école militaire (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre de documentation de l'école militaire (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre de documentation de l'école militaire (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Casa de Velázquez à Madrid

Informations

  • Sous le titre : Hibera in terra miles : les armées romaines et la conquête de l'Hispanie sous la République, 218-45 av. J.-C.
  • Dans la collection : Bibliothèque de la Casa de Velázquez , volume 38 , 0213-9758
  • Détails : 1 vol. (XVI-852 p.)
  • ISBN : 978-84-96820-07-4
  • Annexes : Bibliogr. p. [697]-816. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.