Robustesse des indicateurs photochimiques developpes par s. Sillman vis a vis de la variabilite des situations atmospheriques

par FREDERIQUE MILLARD MORETO

Thèse de doctorat en Sciences et techniques. Chimie

Sous la direction de GERARD TOUPANCE.

Soutenue en 2001

à Paris 12 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La pollution photochimique est due pour une large part a la formation d'ozone a partir de polluants primaires : les oxydes d'azote (nox) et les composes organiques volatils (cov). Il s'agit d'un processus complexe qui a fait l'objet de nombreuses etudes. On sait maintenant que, dans certain cas, si l'on veut diminuer l'ozone, il faut reduire les emissions de nox (regime de production d'ozone dit limite par les nox) et dans d'autres cas, il faut reduire les emissions des cov (regime dit limite par les cov). Toute strategie de reduction d'ozone passe donc par l'identification de ces regimes. Pour ce faire, s. Sillman a propose des rapports de concentrations de polluants secondaires. La base de ce concept est qu'il existe deux valeurs de ces rapports, calculees par modelisation, appelees valeurs de transition, qui delimitent les deux regimes. On devrait donc par une simple mesure pouvoir identifier les regimes chimiques. Il n'a cependant d'interet que si les valeurs de transition sont universelles car, sinon, son application necessiterait l'usage de la modelisation pour chaque situation, ce qui lui oterait sa simplicite d'utilisation. Nous avons voulu tester si les valeurs de transition des indicateurs sont universelles et, sinon, etudier les facteurs qui peuvent les influencer. L'application du concept a un cas particulier rencontre en l'ile de france nous ayant conduit a des valeurs de transition tres differentes de celles de sillman, nous avons teste la sensibilite des valeurs de transition des indicateurs h 2o 2/hno 3, o 3/noy, o 3/noz vis a vis de parametres atmospheriques sur des scenarios simplifies mais realistes en modelisation 3d et nous avons montre que les valeurs de transition de sillman ne sont valables qu'en situation de stagnation. En situation de circulation, les valeurs de transition peuvent etre tres superieures a celles de sillman (1. 5 fois superieures). L'utilisation des valeurs de sillman conduit dans ces cas a une importante sous estimation du domaine limite par les cov. Dans ces situations, nous avons montre que la variabilite des valeurs de transition etait liee aux conditions aux limites. Nous avons ebauche une approche qui permettrait de corriger ces valeurs a partir des concentrations aux limites des especes impliquees dans les indicateurs, des flux d'emission de nox et de cov et de la vitesse du vent et nous avons alors montre que c'est du rapport (rapports des indicateurs aux limites)/ (flux d'emission de la ville) que depend la sensibilite aux conditions aux limites.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 186 p.
  • Annexes : 82 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.