Dysfonctionnements immunitaires chroniques après transplantation hépatique : récidive des maladies hépatiques auto-immunes et rejet chronique

par Mylène Sebagh

Thèse de doctorat en Hépatologie

Sous la direction de Olivier Farges.

Soutenue en 2001

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté de médecine (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne) (autre partenaire) .

Le président du jury était Michel Reynès.

Le jury était composé de Olivier Farges, Michel Reynès, Elie-Serge Zafrani, Daniel Cherqui, Olivier Chazouillères, Didier Samuel.

Les rapporteurs étaient Elie-Serge Zafrani, Daniel Cherqui.


  • Résumé

    L'objectif de cette thèse a été d'étudier l'intérêt des outils histologiques et immunologiques dans le diagnostic des dysfonctionnements chroniques immunitaires après transplantation hépatique représentés par la récidive de la maladie hépatique auto-immune sur le greffon et le rejet chronique. Ces dysfonctionnements partagent des lésions histologiques telles que la cholangite destructrice non suppurée et la ductopénie, ce qui les réunit sous le syndrome de raréfaction canalaire (vanishing bile duct syndrome). Ils partagent également des mécanismes physiopathologiques d'ordre immunologique comprenant une réponse immunitaire cellulaire de l'hôte contre les molécules du complexe majeur d'histocompatibilité pour le rejet chronique et une réponse spécifique anti-tissus pour les maladies hépatiques auto-immunes. Dans un premier temps, nous avons recherché et documenté une récidive sur le greffon de la cirrhose biliaire primitive et de l'hépatite auto-immune qui a reposé sur des arguments strictement histologiques. La persistance des auto-anticorps nous a suggéré que la transplantation hépatique et le traitement immunosuppresseur n'avaient pas d'influence sur la réponse auto-immune. Ils ne peuvent donc être utilisés comme marqueurs diagnostiques de la récidive alors qu'une plasmocytose portale pourrait représenter un marqueur histologique d'une récidive précoce de la cirrhose biliaire primitive. A l'inverse, aucun cas de récidive de la cholangite sclérosante primitive sur le greffon n'a été retrouvé. Dans un second temps, nous avons étudié le rejet chronique. Sur le plan histologique, nous avons montré que la nouvelle classification de Banff par l'introduction d'un stade précoce a été plus sensible que la précédente définition tout en gardant une spécificité acceptable. Nous avons reconnu des formes atypiques telles qu'une hépatite lobulaire non liée à un virus et la maladie veino-occlusive et non pas des lésions de cholangite sclérosante. Enfin, sur le plan physiopathologique, nous avons mis en évidence une réponse humorale anti-tissu (anticorps anti-noyaux et anti-muscle lisse) avant ou au moment du diagnostic du rejet chronique chez des patients transplantés pour une pathologie non auto-immune. Ainsi, la reconnaissance histologique d'un stade précoce du rejet chronique et la mise en évidence d'anticorps anti- tissus pourraient modifier la conduite thérapeutique pour espérer une réversibilité des lésions.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (96 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 71-96

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sud (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne). Service Commun de la Documentation. Section Médecine.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TD/2001T041
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 5970
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.