Caractérisation du gène codant pour le récepteur V3 de la vasopressine et analyse de son rôle sur la fonction corticotrope par transgénèse

par Patricia Rio-René

Thèse de doctorat en Biochimie et biologie moléculaire

Sous la direction de Xavier Bertagna.

Soutenue en 2001

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté de médecine (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne) (autre partenaire) .

Le président du jury était Micheline Misrahi.

Le jury était composé de Micheline Misrahi, Rolf-Christian Gaillard, Pierre Mormède, Éric Clauser, Hubert Vaudry, Yves De Keyzer.

Les rapporteurs étaient Rolf-Christian Gaillard, Pierre Mormède.


  • Résumé

    Le récepteur V3 (ou V1b) de la vasopressine (AVP) est couplé à la voie de la phospholipase C et se distingue des récepteurs vasopressinergiques V1a (hépatique) et V2 (rénal). Il est exprimé dans les cellules corticotropes du lobe antéhypophysaire où il médie l'action de l'AVP sur la sécrétion d'ACTH. Le clonage de l'ADNe de ce récepteur, par notre équipe, a permis de montrer qu'il constitue un nouveau marqueur du phénotype corticotrope normal et tumoral. Nous avons cloné les gènes codant pour les récepteurs V3 humain (hV3) et de souris (mV3) afin de bénéficier de nouveaux modèles d'études des bases moléculaires de la spécificité transcriptionnelle corticotrope. Les gènes hV3 et mV3 comportent deux exons interrompus par un intron situé dans la troisième boucle extracellulaire entre les domaines transmembranaires VI et VII, caractéristique de la famille des récepteurs A VP/OT. La séquence en 5' amont de ces gènes ne comporte pas de boîte TATA mais des sites potentiels de liaison des facteurs AP-l, Sp1 et AP-2. Ces gènes partagent avec le gène V3 de rat des motifs homologues dans les 2,5kb en amont du site d'initiation de la traduction. Nous avons localisé le gène h V3 sur le chromosome 1 en position 1 q32 et mis en évidence l'existence d'un transcrit inverse (hV3 rev) issu du même gène. HV3 rev chevauche le site d'initiation de la traduction et une partie de la région 5' du gène h V3 et pourrait contribuer au contrôle transcriptionnel et traductionnel de l'expression du hV3. Nous avons aussi identifié un motif homologue dans le gène h V3 et le gène de la pro-opiomélanocortine humaine (hPOMC) qui pourrait être impliqué dans la spécifité d'expression corticotrope du gène hPOMC. L'importance des voies de signalisation dans la tumorigénèse endocrine, nous a conduit à étudier l'expression des récepteurs V3 et CRHR1 dans les adénomes corticotropes. L'analyse par RT-PCR semi-quantitative a démontré que ces deux récepteurs ne sont pas mutés mais surexprimés. Afin d'étudier les conséquences de la surexpression du récepteur V3 dans l'altération du phénotype corticotrope des tumeurs, nous avons créé un modèle de souris transgéniques (POMV3), exprimant le récepteur hV3 sous le contrôle du promoteur POMC de rat. L'expression du transgène entraine l'augmentation du nombre de sites de liaison de l'AVP dans l'hypophyse. In vitro, l'activité basale (production d'inositols phosphates et sécrétion d'ACTH) des cellules corticotropes des souris POMV3 n'est pas modifiée mais leur réponse à l’AVP est augmentée. L'analyse in vivo a révélé une augmentation de la concentration plasmatique de corticostérone (CORT) en situation de base avec perte du cycle circadien. La concentration d'ACTH plasmatique est comparable chez les souris POMV3 et contrôles en dépit de l'augmentation de la CORT, de même l'expression du gène POMC dans l'hypophyse et, de la CRH et de l'A VP dans l'hypothalamus, ne sont pas modifiées. Ces résultats indiquent une résistance relative de l'axe corticotrope au rétrocontrôle négatif de la CORT. De plus, les souris POMV3 manifestent une baisse de la réactivité face à un stress environnemental par rapport aux souris contrôles, suggérant une adaptation centrale à l'hypercorticisme chronique. Nos résultats montrent que le récepteur V3 est un régulateur important de la fonction corticotrope hypophysaire et de l'activité de l'axe corticotrope. Sa surexpression dans les tumeurs corticotropes peut jouer un rôle dans leur sensibilité accrue à l'AVP et dans l'apparition de leur résistance au rétrocontrôle négatif des glucocorticoïdes.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (183 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 158-183 (284 réf.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sud (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne). Service Commun de la Documentation. Section Médecine.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TD/2001T023
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 4870
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.