Inflammation pulmonaire, macrophages murins et production d'interleukine-10 : régulation potentielle par la protéine A du surfactant

par Laurent Salez

Thèse de doctorat en Immunologie

Sous la direction de Michel Chignard.

Soutenue en 2001

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté de médecine (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne) (autre partenaire) .


  • Résumé

    Les macrophages alvéolaires constituent la première barrière de la défense immunitaire innée contre les micro-organismes captés par inhalation. Les bactéries à Gram négatif ont commun la présence de LPS sur leur paroi, leur conférant un mode d'activation spécifique des cellules du système phagocytaire mononucléé. Celles-ci répondent habituellement par la production de nombreuses cytokines, parmi lesquelles le TNF-α et l'IL-10, principales cytokines pro- et anti-inflammatoires, respectivement. La première favorise le recrutement de polynucléaires neutrophiles au site inflammatoire, l'extravasation de protéines plasmatiques. Voir l'apparition d'un œdème dans les cas les plus graves, pouvant évoluer vers un SDRA. L'IL-10, à l'inverse, empêche ce processus en limitant tous ces effets, notamment en inhibant directement la production de TNF-α par les macrophages activés. Nous montrons ici que l'instillation intranasale de LPS n'induit pas de production d'IL-10 dans l'alvéole pulmonaire, et que, in vitro, les macrophages alvéolaires résidents ne synthétisent pas cette cytokine après stimulation par le même agoniste. L'absence de production d'IL-10 immunoréactive dans les milieux extracellulaires a pu être confortée par l'absence de détection des ARN messagers correspondants. L'objet de comparaison s'est porté sur l'étude concomitante de la réponse des macrophages péritonéaux autologues, lesquels, en accord avec la littérature, synthétisent l'IL­10 après stimulation par le LPS in vitro et in vivo. Malgré l'utilisation de drogues spécifiques augmentant le taux d'AMPc intracellulaire et connues pour potentialiser la production d'IL­10, celles-ci n'ont pas permis de révéler la moindre induction de synthèse de cette cytokine dans les macrophages alvéolaires résidents. Les conditions d'inflammation aiguë induite par l'instillation intranasale de LPS provoquent le recrutement au site inflammatoire de monocytes circulants. Ceux-ci semblent capables transitoirement de produire l'IL-10 après stimulation par le LPS ex vivo. Cette capacité transitoire nous a amené à soupçonner la SP-A, protéine majeure du surfactant pulmonaire, connue pour ses capacités tensio-actives et immunomodulatrices. Nous avons pu montrer que la SP-A inhibe la production d'IL-10 dans les macrophages dérivés de la moelle osseuse de souris stimulés par le LPS, la particularité de ces cellules étant leur exemption de toute influence d'un environnement physiologique prédéfini. Ces résultats permettent d'envisager que la SP-A agirait in vivo comme une molécule pro-inflammatoire par le biais d'une inhibition d'une des cytokines les plus connues pour ses propriétés anti-inflammatoires naturelles, l'IL-10.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (115 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 92-115

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sud (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne). Service Commun de la Documentation. Section Médecine.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TD/2001T015
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 5107
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.