Etude du transport retrograde de la sous-unite b de la toxine de shiga entre les endosomes precoces et le reseau trans-golgien

par FREDERIC MALLARD

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de Ludger Johannes.

Soutenue en 2001

à PARIS 11, ORSAY .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les toxines de la famille de la toxine de shiga (stx) penetrent dans la cellule en parcourant la voie dite retrograde, qui va de la membrane plasmique, via les endosomes, le reseau trans-golgien (rtg), et l'appareil de golgi, vers le reticulum endoplasmique (re), a partir duquel elles exercent leur activite toxique. Dans des cellules hela incubees a basse temperature (19\c), la sous-unite b de la stx, la stxb, s'accumule dans les endosomes precoces, a partir desquels elle n'accede plus au rtg, ce qui m'a permis de m'interesser plus precisement a l'une des etapes importantes de la voie retrograde : le transport des endosomes au rtg. Une premiere etude, morphologique et cinetique, montre que la stxb est transportee vers le rtg directement a partir des endosomes precoces de tri/recyclage. A 19\c, la stxb est en partie segregee de marqueurs destines a la voie tardive d'endocytose. Lors d'un passage a 37\c, elle accede rapidement et massivement au rtg puis aux saccules de l'appareil de golgi, sans etre detectable a aucun moment dans les endosomes tardifs. Ce transport est affecte par des drogues perturbant le transport vesiculaire de l'endocytose tardive, mais pas par la brefeldine a, qui perturbe la voie de biosynthese/secretion. La voie de transport directe ainsi mise en evidence est egalement empruntee par la proteine cellulaire tgn38. La reconstitution du transport des endosomes au rtg de la stxb dans des cellules permeabilisees m'a permis d'analyser en detail les mecanismes moleculaires impliques. Dans ce systeme acellulaire, le transport de la stxb est actif, dependant du cytosol, de cinetique comparable a celle observee dans des cellules intactes, dependant de cinq recepteurs snare, une famille proteique classiquement impliquee dans les evenements de fusion membranaire specifique, des manteaux vesiculaires de type clathrine/ap1, de la petite gtpase rab6a, et des microdomaines lipidiques de type raft.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 210 p.
  • Annexes : 320 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.