Physiopathologie de l'infection rabique par des variants recombinants obtenus par genetique inverse ; etude du passage trans-synaptique du virus et expression neuronale de gene etranger

par REZA ETESSAMI

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de HENRI TSIANG.

Soutenue en 2001

à PARIS 11, ORSAY .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le virus rabique est un agent infectieux neurotrope, dont la dissemination dans le snc s'effectue par transport axonal et par passage trans-synaptique. La genetique inverse a permis la production de variants rabiques recombinants avec insertion de genes etrangers, avec ou sans deletion du gene de la glycoproteine. Ce travail traite de l'etude de tels variants, sur differents modeles in vitro (cultures cellulaires) et in vivo (infection intracerebrale de souris et inoculation stereotaxique de rat), pour determiner les potentialites d'utilisation de tels variants comme vecteurs d'expression neurotropes, et etudier le role de la glycoproteine virale dans le passage trans-synaptique. La premiere partie du travail etudie les caracteristiques du variant sad-xcat, presentant l'insertion du gene de la chloremphenicol acetyl transferase (cat) dans la region du pseudogene. L'expression precoce et durable de la cat par les neurones infectes in vitro et in vivo autorise l'utilisation de ce variant comme vecteur d'expression neuronale de genes etrangers en conservant les proprietes de neurotropisme eleve, de transport axonal et de passage trans-synaptique d'un tel vecteur, permettent d'envisager une utilisation dans le cadre notamment de tracage de voies nerveuses. La seconde partie du travail montre le role indispensable de la glycoproteine rabique au cours du passage trans-synaptique du virus, a l'aide du variant sad-deltag (deletion du gene de la glycoproteine). Un tel variant conserve le meme neurotropisme en l'absence de toute pathogenicite in vivo. Ces travaux ont ete completes par l'etude d'un variant presentant l'insertion du gene de la green fluorescent protein dans la region du pseudogene, et la deletion du gene de la glycoproteine, et montrent la possibilite d'utiliser de tels vecteurs pour l'expression specifique de genes etrangers dans les neurones en l'absence de toute pathogenicite in vivo.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 202 p.
  • Annexes : 257 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.