Contribution a l'analyse des combinaisons genomiques obtenues par hybridation somatique entre l'aubergine (s. Melongena l. ) et des especes voisines apparentees resistantes a des maladies telluriques

par CECILE COLLONNIER

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de DARASINH SIHACHAKR.

Soutenue en 2001

à PARIS 11, ORSAY .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le seul moyen de lutte veritablement efficace contre les deux principales maladies de l'aubergine, que sont le fletrissement bacterien (ralstonia solanacearum) et la verticilliose (verticillium dahliae), est le developpement de materiel genetique resistant. Cette etude a eu pour objet d'analyser les possibilites de transfert de genes de resistance a ces maladies telluriques par fusion somatique interspecifique. Des hybrides somatiques symetriques ont ete produits par electrofusion de protoplastes entre solanum melongena et trois especes apparentees resistantes : s. Aethiopicum, s. Torvum et s. Sisymbrifolium. Apres determination de leur niveau de ploidie par cytometrie en flux, le caractere hybride des plantes regenerees a ete demontre par des analyses morphologiques, biochimiques (isoenzymes), cytogenetiques (hybridation genomique in situ) et moleculaires (rapds, microsatellites, capss). La fertilite des hybrides produits est apparue inversement proportionnelle a la distance phylogenetique separant les partenaires de fusion. Des tests d'inoculation in vitro ont ete adaptes a l'aubergine, et ont montre que plusieurs hybrides exprimaient des niveaux de resistance, aux deux races de ralstonia solanacearum et a la souche de verticillium dahliae testees, proches de ceux des especes apparentees ou intermediaires entre leurs deux parents. Des tests au champ ont confirme la resistance au fletrissement bacterien des hybrides d'aubergine et de s. Aethiopicum. Les hybrides somatiques symetriques les plus fertiles ont ete ramenes a l'etat dihaploide par androgenese in vitro en utilisant la culture d'antheres et de microspores. Les dihaploides produits, dont la morphologie et les niveaux de resistance presentaient une assez grande variabilite, ont conserve une fertilite suffisante pour permettre le retrocroisement des plus resistants d'entre eux sur l'aubergine. Afin d'ameliorer la fertilite des hybrides obtenus entre s. Melongena et les deux especes eloignees s. Torvum et s. Sisymbrifolium, des experiences de fusion asymetrique ont ete realisees par irradiation aux rayons uv des protoplastes du parent donneur. Les analyses moleculaires et les tests de resistance realises n'ont pas ete suffisants pour confirmer l'hybridite des plantes regenerees. Celle-ci n'a pu etre que suggeree par leur difficulte de developpement in vitro et en serre, et leur niveau de ploidie.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 285 p.
  • Annexes : 446 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.