Étude ethnographique des pratiques familiales de santé au Cambodge

par Françoise Soizick Crochet

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Fernand Meyer.

Soutenue en 2001

à Paris 10 .


  • Résumé

    Dans un pays souvent défini comme "composée de familles", les structures sanitaires publiques connaissent une faible fréquentation. Pourtant, les enfants cambodgiens de milieu rural souffrent d'un grand nombre d'affections dues au milieu et à la pauvreté (sous-nutrition, rougeole grave, troubles gastro-intestinaux). La première partie décrit une province du centre du pays et l'économie d'un village de berge, avec un accent particulier sur la composition des maisonnées. La seconde partie s'interroge sur les aléas récents du système de santé, complètement restructuré, sous les Khmers Rouges et très corrompu depuis vingt ans. La troisième partie détaille les soins et rituels de la grossesse, de la naissance et de la petite enfance. Plus que les guérisseurs, en général de sexe masculin, les mères de famille posent le diagnostic, assurent les premiers soins et prennent des décisions thérapeutiques basées sur une grande familiarité avec les plantes et l'utilisation des objets de leur environnement quotidien.

  • Titre traduit

    An ethnographic study of family health practices in Cambodia


  • Résumé

    Cambodia, through its turbulent and violent years, has often been defined as "composed of families". Its public health structures are plagued by corruption and low levels of utilization, wlûle children suffer from a great number of tropical diseases and problems related to poverty (malnutrition, measles, diarrhea. . . ). The first part, of this thesis describes the province and village of fiel. D-work, their economy and type of households. The second part is an analysis of the official health system and its history. The third part details the rituals and health practices during pregnancy, childbirth and first episodes of childhood illnesses. More than the traditional practitioners, women, and especially mothers, are the first to diagnose and treat family ailments, thanks to their knowledge of plants and their use of simple, daily objects present in the house and its surroundings. Popular medicine is often criticised b y health professionals, particularly when it involves self-medication. Yet, millions of children owe their health and well-being to the domestic and sanitary activities of the mothers.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (847-IV p.)
  • Notes : Thèse non corrigée
  • Annexes : Bibliogr. p. 731-782 . Glossaire

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 01 PA10-211
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.